Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Radioprotection : formation des professionnels par la simulation à Caen

L'apprentissage immersif par la réalité virtuelle : une solution pratique et sûre pour enseigner les principes de bases de la radioprotection aux équipes qui interviennent en imagerie, radiologues, cardiologues, chirurgiens, manipulateurs, infirmières... En plein essor, les actes de radiologie interventionnelle (RI) diagnostiques ou thérapeutiques sont réalisés sous guidage et sous contrôle de l'imagerie par rayons X exposant les opérateurs aux rayonnements ionisants. Pour leur sécurité, la réglementation leur impose une formation aux fondamentaux de la radioprotection, tous les trois ans. Or, cette formation peut se heurter à de nombreux obstacles, et en particulier à la difficulté de réaliser des enseignements pratiques et sûrs. L'apprentissage immersif par la réalité virtuelle représente la solution idéale. Et c'est tout l'intérêt du simulateur em.sim© développé au CHU de Caen. Ludique, concret et sur à 100%, il va initier les 700 professionnels concernés et les internes aux arcanes de la radioprotection..

L’apprentissage immersif par la réalité virtuelle : une solution pratique et sûre pour enseigner les principes de bases de la radioprotection aux équipes qui interviennent en imagerie, radiologues, cardiologues, chirurgiens, manipulateurs, infirmières…  En plein essor, les actes de radiologie interventionnelle (RI) diagnostiques ou thérapeutiques sont réalisés sous guidage et sous contrôle de l’imagerie par rayons X exposant les opérateurs aux rayonnements ionisants. Pour leur sécurité, la réglementation leur impose une formation aux principes de bases de la radioprotection, tous les trois ans. Or, cette formation peut se heurter à de nombreux obstacles, et en particulier à la difficulté de réaliser des enseignements pratiques et sûrs. L’apprentissage immersif par la réalité virtuelle représente la solution idéale. Et c’est tout l’intérêt du simulateur em.sim© développé au CHU de Caen. Ludique, concret et sur à 100%, il va initier les 700 professionnels concernés et les internes aux arcanes de la radioprotection.

Comment ça marche ? 

Grâce à la simulation et à l’environnement virtuel, l’utilisateur est immergé dans un contexte familier. Il est guidé dans sa progression pédagogique et peut tester ses compétences sur un à trois cas cliniques selon son niveau. Il doit effectuer des gestes simples et comprendre comment son comportement influence sa radioprotection et celle de son patient. Vingt-quatre compétences clés sont abordées, qui permettent aux utilisateurs d’être opérationnels dès leur sortie de formation. Le formateur assigne les cas cliniques et suit la progression des utilisateurs, et peut ainsi identifier les difficultés rencontrées. Un questionnaire à choix multiple final clôt la session et une attestation est délivrée à l’issue de l’évaluation.

Apprendre les bonnes pratiques de radioprotection par l’immersion dans un univers virtuel réaliste et résoudre 3 cas cliniques en imagerie interventionnelle et bloc opératoire – photo extraite de la vidéo d’esprimed 
L’usage d’em.sim© contribue à améliorer les pratiques en radioprotection du personnel et des patients également qui doivent aussi être formés tous les 10 ans.
Au CHU de Caen, le simulateur em.sim©, a été développé en collaboration avec le Dr. Fohlen, radiologue et Yannick Tancray, personne compétente en radioprotection. Ce tandem associe les savoir-faire scientifique et technique aux compétences médicales de haut niveau, indispensables pour que l’outil puisse être utilisé par des professionnels de santé.

Un travail d’équipe

Ce simulateur est le résultat d’un travail collaboratif soutenu par de la Région Normandie et les fonds européens FEDER :
 La société OREKA Ingénierie, spécialiste de la réalité virtuelle
 esprimed, société d’expertise en physique médicale et en radioprotection
 CEA/INSTN, spécialiste en formation
 le pôle Nucleopolis qui a coordonné et accompagné le projet
 Le Dr Audrey Fohlen et Yannick Tancray
Le CHU de Caen Normandie est actuellement en cours de finalisation de mise en place d’em-sim© en relation avec le Service de formation continue et la Direction du système d’informations. Dans l’établissement, un peu plus de 710 personnes sont exposées aux rayonnements ionisants dont 450 personnes peuvent potentiellement être formées par le biais de ce Serious-game (Radiologues, Cardiologues, Chirurgiens, Manipulateurs, IDE…). Il sera également utilisé pour l’initiation des internes de différentes spécialités dont principalement ceux de radiologie avec option en radiologie interventionnelle avancée.
Plus d’information sur www.emsim-radioprotection.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”