Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Recherche : une étude pour améliorer la prévention du suicide

Environ 10 600 suicides surviennent chaque année en France, la Franche-Comté est quant à elle une région historiquement marquée par une surmortalité par suicide. Certains facteurs de risque du passage à l’acte suicidaire ont été identifiés, pourtant, rien ne permet aujourd’hui de prédire et d’anticiper un tel acte. Afin de mieux connaitre les facteurs de risque, mais aussi les facteurs de protection du passage à l’acte suicidaire comme la capacité à résister aux tentations et l'importance du lien social, le service de psychiatrie du CHRU de Besançon s’investit dans un projet de recherche. Les résultats de cette étude devraient permettre, à terme, d’améliorer la prévention du risque suicidaire

Environ 10 600 suicides surviennent chaque année en France, la Franche-Comté est quant à elle une région historiquement marquée par une surmortalité par suicide.  Certains facteurs de risque du passage à l’acte suicidaire ont été identifiés, pourtant, rien ne permet aujourd’hui de prédire et d’anticiper un tel acte. Afin de mieux connaitre les facteurs de risque, mais aussi les facteurs de protection du passage à l’acte suicidaire comme la capacité à résister aux tentations et l’importance du lien social, le service de psychiatrie du CHRU de Besançon s’investit dans un projet de recherche. Les résultats de cette étude devraient permettre, à terme, d’améliorer la prévention du risque suicidaire. 
L’inhibition cognitive est une compétence qui nous permet de résister quand il le faut aux habitudes, aux tentations, aux distractions et de s’adapter aux situations complexes. Cette fonction peut être déficiente du fait du vieillissement et de la dépression.
Afin d’identifier le lien existant entre l’inhibition cognitive et le risque de tentative de suicide, cette fonction va être évaluée par eye tracking – c’est-à-dire l’étude des mouvements oculaires – chez des patients âgés de 65 ans et plus ayant connu au moins un épisode dépressif majeur. Ces mesures seront complétées par des entretiens psychiatriques et un bilan neuropsychologique.
Il s’agit également de savoir si les relations sociales entretenues par les patients peuvent impacter positivement l’inhibition cognitive et empêcher le passage à l’acte suicidaire. Les capacités d’inhibition interviennent en effet sur les processus individuels et sociaux, dans la capacité du sujet à gérer des relations de façon adaptée. Ces interactions  pourraient avoir un rôle important et agir dans le sens d’une compensation de la diminution ou de la perte des capacités d’inhibition, et ainsi contribuer à la prévention des tentatives de suicides.
Si cette hypothèse selon laquelle il existe une corrélation entre suicide, inhibition cognitive déficiente et fragilisation ou absence de lien social est confirmée, des actions de prévention pourront être proposées.
Ce projet est soutenu par l ‘Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.