Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardio : le CHRU de Nancy adopte l’endoprothèse de la crosse aortique

L’équipe de chirurgie vasculaire du CHRU de Nancy (Pr Serguei Malikov et Dr Nicla Settembre) a effectué un remplacement total de la crosse aortique par endoprothèse branchée sur un patient âgé de 71 ans, le 12 juillet 2019. L’établissement est le 3eme en France, après Paris et Lille, à réaliser cette intervention de haute précision et d’extrême technicité.

L’équipe de chirurgie vasculaire du CHRU de Nancy (Pr Serguei Malikov et Dr Nicla Settembre) a effectué un remplacement total de la crosse aortique par endoprothèse branchée sur un patient âgé de 71 ans, le 12 juillet 2019. L’établissement est le 3eme en France, après Paris et Lille, à réaliser cette intervention de haute précision et d’extrême technicité.
Appelée aussi aorte transverse ou  horizontale, la crosse aortique est une portion de l’aorte qui peut être touchée par des anévrismes ou dilatations. Ces gonflements ont longtemps été traités par chirurgie conventionnelle nécessitant une large incision du thorax ainsi qu’une circulation extra corporelle non dénué de risques. La nouvelle technique percutanée, sans incisions du thorax, réalisée au CHRU de Nancy offre une alternative moins agressive pour soigner des patients à haut risque.
Les anévrismes de la crosse de l’aorte posent des difficultés techniques et technologiques majeures liées à la proximité du cœur et de la naissance des vaisseaux destinés au cerveau. Les progrès récents en matière de radiologie et de traitement d’images par l’informatique permettent une analyse très fine des lésions. La reconstruction en trois dimensions restitue fidèlement l’anatomie des vaisseaux, ce qui permet de fabriquer des endoprothèses taillées sur mesure. Le traitement proposé est personnalisé.  
L’endoprothèse de la crosse aortique, développée avec le référent international le Pr Stephan Haulon, est réalisée dans la salle hybride du CHRU. La technologie d’imagerie robotisée couple reconstructions en 3D et fusion d’images. Lors de cette opération d’une durée de 3 et 6 heures, des mini-incisions, sans saignement, sont réalisées dans le bras et dans le pli de l’aine afin de venir placer l’endoprothèse qui va se déployer comme un parachute et ainsi traiter l’anévrisme. Durant l’intervention, les équipes sont en mesure de visualiser les zones opérées en 3D, de reconstruire et de fusionner des images afin de vérifier en  temps réel l’efficacité de leurs gestes.
Le patient, quant à lui, apprécie cette intervention allégée qui lui évite une longue hospitalisation. 

Avec la technique de l’endoprothèse, le CHRU de Nancy complète la palette de son offre en chirurgie vasculaire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.