Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Responsabilité civile médicale: le Groupe Sham exporte son expertise hospitalière

«La croissance du Groupe Sham est pour la première fois portée en priorité par notre développement international», analyse Dominique Godet, son directeur général. Avec 829 M€ de primes collectées et un chiffre d'affaires de 439 M€ pour 2017, le Groupe du 1er assureur en responsabilité civile médicale français affiche une croissance de 15%. De bons résultats portés essentiellement par le développement de l'activité du groupe sur le marché européen alors que le CA en France accuse une baisse de 2%.

«La croissance du Groupe Sham est pour la première fois portée en priorité par notre développement international», analyse Dominique Godet, son directeur général. Avec 829 M€ de primes collectées et un chiffre d’affaires de 439 M€ pour 2017, le Groupe du 1er assureur en responsabilité civile médicale français affiche une croissance de 15%. De bons résultats portés essentiellement par le développement de l’activité du groupe sur le marché européen alors que le CA en France accuse une baisse de 2%.
2017 se présente en l’occurrence comme une très bonne année avec un résultat net de 25,7 M€ en croissance de 42% pour le Groupe Sham. Celui-ci enregistre une progression de 54 M€ relative aux primes collectées par rapport à 2016 (829 M€ vs 775 M€) et un chiffre d’affaires porté à 439 M€, en hausse de 56 M€. Cette croissance est soutenue par son développement à l’international, où Sham, société de tête du Groupe, progresse de 63 M€, pour s’affirmer comme un groupe mutuel d’assurances de référence à dimension européenne. 

Une belle progression en Europe

De fait, la stratégie de diversification géographique entamée par le Groupe a porté ses fruits avec 73,8 M€ de chiffre d’affaires en dehors du marché français (Espagne et Italie). En Espagne, grâce à des appels d’offres importants remportés cette année, Sham occupe une position de leader en assurance des risques médicaux (RCM) ; couvrant désormais près de 40 000 médecins, 1250 centres de soins et plus de 150 établissements de santé.  En Italie, Sham assure une cinquantaine d’hôpitaux publics dans le Nord, région dans laquelle la mutuelle est devenue le premier acteur du marché.
Sur le marché santé-social, le Groupe collecte 425,6 M€ de primes avec une croissance du nombre de clients en France et à l’international (plus de 11 000 clients).

Une forte augmentation de la sinistralité 

En France, sur un marché santé – social en pleine mutation, Sham réalise un chiffre d’affaires de 301,2 M€, en retrait de 2% (-6,3 M€) par rapport à 2016. «Le Groupe maintient ses positions sur ses deux marchés de référence, santé-social et territorial, […] dans un contexte concurrentiel accru et particulièrement tendu, reconnaît Dominique Godet. En Responsabilité Civile Médicale, la tension sur les prix associée à une forte dégradation de la sinistralité influent sur le coût du risque et nécessitent une très grande surveillance et efficience dans la qualité de notre souscription».

De fait, en 2017, Sham a connu une sinistralité particulièrement intense avec une charge globale des sinistres atteignant 362 M€ en 2017, en forte hausse (+24 % par rapport à 2016). Cette sinistralité exceptionnelle confirme la tendance inflationniste du coût des indemnisations observée depuis 2011.

Concurrence et pression tarifaire sur le marché français

La forte concurrence entre les acteurs et la pression tarifaire exercée à la baisse ont eu un impact direct sur l’activité historique d’assurance responsabilité civile médicale qui représente désormais 55% du chiffres d’affaires de Sham (vs 66% en 2016). 
Cependant, la tension observée sur les établissements de santé publics est en partie compensée par la diversification des activités engagée ces dernières années par la mutuelle : l’activité progresse sur les établissements sociaux et médico-sociaux, notamment sur les segments du handicap et du social, les établissements de santé privés et chez les professionnels de santé. La stratégie de déploiement européen se poursuit par ailleurs en Allemagne où Sham répondra en 2018 à de premiers appels d’offres. 

L’assureur historique des GHT

Pour le reste, l’un des enjeux forts du Groupe reste de poursuivre l’accompagnement de ses clients dans un contexte de forte mutation associée à l’évolution de la relation patient-professionnels et à la territorialisation du système de soins. Le Groupe affirme ainsi sa présence auprès de la totalité des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) avec "une offre complète et spécifiquement dédiée". "Sham est aujourd’hui le seul assureur qui travaille historiquement avec tous les composants des GHT. Et nous apportons pour cela une véritable valeur ajoutée dans la lecture des risques non seulement au niveau de l’acte et de l’établissement mais aussi à l’échelle territoriale", rappelle son directeur général. 
«Les bons résultats annuels du Groupe légitiment notre stratégie de développement et de diversification, notamment géographique, se félicite Dominique Godet. Ils illustrent également la pertinence du modèle mutualiste de Sham, qui célèbre ses 90 ans cette année, et de l’offre de valeur que nous proposons à nos clients et sociétaires pour le management global de leurs risques».
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.