Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Séries au bistouri », diagnostic des scènes médicales de séries TV

Les scènes de médecine, de chirurgie, et de médecine légale se multiplient dans des séries TV. Ce sont même souvent la base même de ces séries...Les audiences sont au rendez-vous. Pourtant les téléspectateurs qui ne sont pas des professionnels de santé ne savent jamais si ce qu'ils viennent de voir est crédible ou non. L'événement « Séries au bistouri » organisé par le CHU de Limoges le 18 novembre apportera les décryptages indispensables.

Les scènes de médecine, de chirurgie, et de médecine légale se multiplient dans des séries TV. Ce sont même souvent la base même de ces séries…Les audiences sont au rendez-vous. Pourtant les téléspectateurs qui ne sont pas des professionnels de santé ne savent jamais si ce qu’ils viennent de voir est crédible ou non. L’événement « Séries au bistouri » organisé par le CHU de Limoges le 18 novembre apportera les décryptages indispensables.

Chaque téléspectateur s’est déjà esclaffé ou émerveillé devant une scène médicale ou de médecine légale d’une série. Qui n’a jamais lancé un grand « Waouh ! » en voyant le Dr X pluri-compétent sauver en un instant et avec un appareil improbable, un patient que l’on croyait condamné ? Qui, calé dans son canapé, ne s’est jamais moqué d’une autopsie et de ses conclusions formulées en quelques secondes, qui permet de retracer la vie de la personne et sa passion pour la tartiflette seulement si elle est accompagnée d’un verre de vin blanc californien ? On parle dans les tribunaux américains de « CSI effect » pour désigner l’impact des séries policières sur les jurés et les avocats. Mais leur influence peut aussi conduire les patients à exiger d’être pris en charge « comme à la télé ». Des revendications que les médecins redoutent déjà.

Certes, la chirurgie robotique et ambulatoire, la micro-chirurgie se sont développés. Bien sûr, les traitements thérapeutiques, les équipements et le savoir des équipes médicales et soignantes ont énormément progressé. Au point, que des prises en charge qui paraissaient utopistes il y a seulement une quinzaine d’années sont aujourd’hui une réalité. Pour autant, et même si les équipes de tournages font toujours appel à des consultants médicaux, les séries nous offrent parfois quelques scènes surréalistes.

Le 18 novembre, pour prévenir les effets secondaires de ces séries, 4 médecins du CHU de Limoges vont sensibiliser le public de « Séries au bistouri » à l’état de l’art de la médecine, et expliquer « la vraie vie » hospitalière en commentant des scènes médicales extraites de séries, pour moitié choisies par les internautes en amont de l’événement et pour l’autre sélectionnés par le CHU. Un chirurgien pédiatrique, un gynécologue et médecin légiste, un médecin urgentiste, et un autre médecin légiste, ont accepté de monter sur la scène de la Bibliothèque Francophone Multimédia pour commenter ces scènes et répondre aux questions du public.

A l’issue de cette soirée, les 5 internautes dont les demandes de scènes à commenter et questions en rapport auront été sélectionnées se verront remettre des coffrets de DVD de séries et des bons d’achat Fnac.

Le www.series-au-bistouri.com : un site au centre du dispositif
C’est le dispositif incontournable pour participer à l’événement. Le nombre de places pour la soirée étant limité, seuls les premiers inscrits à cet événement via le site web du CHU pourront entrer le 18 novembre. C’est aussi par le biais de ce site que les internautes pourront participer au concours organisé à cette occasion. Il faudra en effet qu’ils renseignent le formulaire proposé pour indiquer quel extrait de série ils souhaiteraient voir commenter et quelles questions être posées aux professionnels de santé intervenants du CHU. Retenez cette adresse : Le www.series-au-bistouri.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.