Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Simone Veil inaugure un centre pour les femmes

A Nantes, la journée internationale de la femme du 8 mars a été marquée par la présence de Madame Simone Veil, ancien Ministre d'Etat, venue inaugurer le Centre de planification, d'éducation familiale et d'interruption volontaire de grossesse qui porte désormais son nom.

A Nantes, la journée internationale de la femme du 8 mars a été marquée par la présence de Madame Simone Veil, ancien Ministre d’Etat, venue inaugurer le Centre de planification, d’éducation familiale et d’interruption volontaire de grossesse qui porte désormais son nom.

Lors de cet événement, Jean-Marc Ayrault, Député-Maire de Nantes et Président du Conseil d’administration du CHU, n’a pas manqué de souligner combien la présence et le nom de Madame Veil « sont une immense reconnaissance pour tous ceux qui à Nantes se sont mobilisés afin que la législation sur l’avortement devienne une réalité médicale, quotidienne et accessible. »

En 1975 à Nantes, le premier centre d’interruption volontaire de grossesse ouvre ses portes peu après l’approbation de la loi Veil du 17 janvier 1975 autorisant l’IVG à « toute femme qui s’estime en situation de détresse provoquée par la survenue d’une grossesse non désirée ». Il sera reconnu comme Centre de planification et d’éducation familiale en 1978.

Installé depuis septembre 2004 au 1er étage du nouvel hôpital mère et enfant, le Centre de planification, d’éducation familiale et d’interruption volontaire de grossesse du CHU de Nantes est composé d’une équipe pluridisciplinaire dont le rôle est autant d’informer sur les questions de sexualité et de contraception que de dépister les infections sexuellement transmissibles ou de pratiquer les interruptions volontaires de grossesse.

Avec le soutien du Conseil général de Loire-Atlantique, le Centre Simone Veil accueille chaque année plusieurs milliers de femmes, des couples et de nombreux adolescents dans le cadre de consultations médicales, d’entretiens et d’actions d’information et de prévention.

Ce 8 mars, lors de la visite du Centre, Madame Simone Veil a longuement échangé avec l’équipe du Dr Bernard Meslé responsable du Centre pour qui cette rencontre fut un moment privilégié très attendu et plein d’émotion.

« J’ai visité beaucoup d’hôpitaux depuis 30 ans » a-t-elle déclaré «mais je n’ai jamais rencontré ailleurs une équipe aussi soudée, aussi militante, qui se bat pour venir en aide aux femmes, qui les écoute, les accompagne dans leur prise de décision ».

Plus de 1750 IVG en 2005 au CPEF-IVG du CHU de Nantes

203 000 IVG sont pratiquées en France chaque année dont 10 000 chez des femmes de moins de 18 ans. En 2005, le CPEF-IVG de Nantes en a effectué 1759 dont 50% sous anesthésie locale, 34% médicamenteuses et 16% sous anesthésie générale.
La région des Pays de la Loire se situe parmi les taux d’IVG les plus bas de France. Toutefois pour 100 femmes de 15 à 49 ans, une augmentation de 4% a été enregistrée en 2004.
Le nombre d’interventions pratiquées chez les jeunes filles de moins de 18 ans reste préoccupant. Elles représentent 7,1% du total des IVG pratiquées dans la région en 2004.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.