Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Télé-AVC entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne

Illustration concrète du projet médical partagé du groupement hospitalier de territoire (GHT) Basse Alsace Sud Moselle, une télé-consultation entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne permet une prise en charge équitable des AVC en termes d’accès à la thrombolyse.
Illustration concrète du projet médical partagé du groupement hospitalier de territoire (GHT) Basse Alsace Sud Moselle, une télé-consultation entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne permet une prise en charge équitable des AVC en termes d’accès à la thrombolyse.
Première cause de handicap, l’accident vasculaire cérébral (AVC) produit des effets dont la gravité va dépendre de la localisation et de l’étendue des zones cérébrales touchées, mais aussi de la précocité du diagnostic, de la rapidité de la prise en charge et du traitement instauré. De plus, la prise en charge en unité neurovasculaire (UNV) améliore le pronostic de ces patients.
C’est dans cette perspective que les établissements de santé alsaciens ont pris  l’initiative de se coordonner au travers notamment des GHT pour organiser le plus efficacement possible cette prise en charge. Jusqu’à présent, tous les patients sujets à un AVC dans les délais d’éligibilité à la thrombolyse (moins de 4H30) du GHT étaient acheminés en urgence jusqu’aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (HUS) pour confirmer ou non l’indication d’une thrombolyse et/ou d’une thrombectomie mécanique. Néanmoins pour des distances excédant les 30 min de trajet, la prise en charge ne pouvait être optimale du fait du délai occasionné par le transport des patients de leur domicile jusqu’aux HUS.

Plus de 80 professionnels formés

Pour pallier cette problématique, une solution technologique innovante mise à disposition par Pulsy (groupement régional d’appui au développement de la e-santé du Grand Est) et financée par l’ARS Grand Est a été développée : il s’agit du télé-AVC. Une téléconsultation permet au neurologue senior des HUS en concertation avec le senior urgentiste de Saverne d’examiner le patient à distance, de visualiser en direct l’examen IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) réalisé à Saverne et de décider de l’administration du traitement par thrombolyse sans perte de temps. Le patient sera acheminé dans un deuxième temps vers l’UNV des HUS.
Le Centre Hospitalier (CH) de Saverne est le premier centre requérant à mettre en place cette solution en partenariat avec les HUS. Les autres CH alsaciens devraient suivre prochainement. Plus de quatre-vingt personnels de Saverne (médecins, cadre, infirmiers et aide-soignants) ont pu bénéficier d’une formation préalable sur la prise en charge de l’AVC dispensée sur le site de l’UNISIMES (Unité de Simulation Européenne en Santé) par l’équipe médicale et paramédicale de l’UNV des HUS dirigée par le Pr Valérie Wolff les préparant à cette nouvelle forme de coopération. Une simulation « in situ » a également vu le jour avec le soutien de l’UNISIMES au cours du mois de février avant le lancement officiel de cette nouvelle prise en charge le 23 avril dernier. Depuis cette date, 12 patients ont déjà intégré cette filière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.