Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

TF1 vous invite à vivre « 24h aux urgences » du CHRU de Montpellier

« Miroir fidèle de notre société, parfois de ses excès, où le temps ne s’arrête jamais »*, les urgences ont inspiré à SHINE Production (masterchef, baby-boom) une série de 6 documentaires à paraître sur TF1 du 15 janvier à 23h20 au 19 février. Accueillies pendant 10 jours et 10 nuits au CHRU de Montpellier, les équipes de tournage ont installé 60 caméras au sein de l’unité et accompagné les sorties du SAMU pour saisir 24h/24 l’envers du décor et la diversité des situations vécues.

« Miroir fidèle de notre société, parfois de ses excès, où le temps ne s’arrête jamais »*, les urgences ont inspiré à SHINE Production (masterchef, baby-boom) une série de 6 documentaires à paraître sur TF1 du 15 janvier à 23h20 au 19 février.  Accueillies pendant 10 jours et 10 nuits au CHRU de Montpellier, les équipes de tournage ont installé 60 caméras  au sein de l’unité et accompagné les sorties du SAMU pour saisir 24h/24 l’envers du décor et la diversité des situations vécues.
 « Ce dispositif innovant et exigeant saisit sans artifice et sans concession tous les moments de doute, de stress, de lassitude, d’émotion et de joie. » explique Pascal Pinning, directeur des magazines de TF1. Une manière originale de promouvoir à grande échelle le travail des médecins urgentistes, infirmiers, aides-soignants, ambulanciers… Des professionnels dévoués et passionnés par un métier qui ne laisse aucun répit, où chaque seconde compte.
Les épisodes suivent l’histoire des patients et de leurs proches. Dans la mesure du possible, leur parcours est montré dans son intégralité, c’est-à-dire de l’arrivée au service jusqu’à leur sortie du CHRU.
Interrogé sur les raisons qui ont motivé l’ouverture des portes à une société de production, le Pr Jean-Jacques Eledjam  avance son désir de valoriser un service-vitrine de l’hôpital, en mettant en avant ses acteurs, ceux qui s’impliquent tous les jours pour les autres. « 24H aux Urgences poursuivait exactement cette même volonté. Lorsque l’on nous a proposé d’avoir un regard extérieur, sans sensiblerie et attaché au personnel des Urgences, je n’ai pas hésité. Nous avons eu affaire à de véritables professionnels. Aujourd’hui, je leur suis infiniment reconnaissant, car ils vont montrer la réalité. »
Avant le tournage, une équipe de Shine France s’était immergée pendant plus de trois mois au CHRU, un investissement qui a permis de créer des liens de confiance, indispensables pour saisir l’humanité d’un métier au service de la vie. Les prises de vues ont été réalisées dans le respect des règles déontologiques et du droit à l’image.
 
Rendez-vous sur TF1 dans 15 jours… pour  partager le quotidien ceux qui consacrent leur vie à sauver celle des autres.
Et en avant-première les bandes annonces
 
*extrait de l’édito de Pascal Pinning, directeur des magazines publié dans le dossier de presse de lancement de la série

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.