Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Un bar à vin » pour cultiver les saveurs jusqu’à la fin de sa vie

Déraisonnable l’ouverture d’un Bar à vin au Centre de Soins Palliatifs du CHU de Clermont-Ferrand ? « Une autre façon de penser le prendre soin de l’autre répond le Dr Virginie Guastella, Chef de service du Centre de Soins Palliatifs du CHU de Clermont-Ferrand qui défend pour les patients en fin de vie ‘’Le droit de se faire plaisir et de faire plaisir’’ ».

Déraisonnable  l’ouverture d’un Bar à vin au Centre de Soins Palliatifs du CHU de Clermont-Ferrand ? « Une autre façon de penser le prendre soin de l’autre répond le Dr Virginie Guastella, Chef de service du Centre de Soins Palliatifs  du CHU de Clermont-Ferrand  qui défend pour les patients en fin de vie  ‘’Le droit de se faire plaisir et de faire plaisir’’ ».
Les français entretiennent un rapport hédonique à la nourriture et au vin, synonymes de moments privilégiés de partage et de convivialité. Pourquoi refuser les saveurs des terroirs aux personnes en fin de vie ? Rien ne justifie un tel interdit. Au contraire, une dégustation « médicalement encadrée » égaiera un quotidien souvent difficile. 
Forte de ce constat, le Docteur Virginie Guastella, soutenue par son institution, a décidé de porter le projet de création de ce nouvel espace ; une attention appréciée des malades et de leurs familles. En effet, ces dernières pourront  offrir à leur proche des cadeaux de bouche  dans un environnement propice à la détente et aux échanges.
L’ouverture du « Bar à vin » est prévue pour septembre 2014, une initiative qui fera du CHU de Clermont‐ Ferrand un précurseur au niveau national. Grâce à des partenariats et à différentes formules de mécénat, l’équipe dispose désormais d’une cave où les bouteilles de bons vins, de champagne, whisky… sont conservées dans de bonnes conditions. L’accès aux grands crus est à l’étude.
Pour sensibiliser les soignants à cette nouvelle pratique, une formation sera dispensée aux professionnels du Centre de Soins Palliatifs par Catherine Le Grand‐Sébille, socio‐anthropologue, enseignant‐chercheur.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.