Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un handicap de 30,5 millions d’euros, le CHU inquiet pour sa survie

Mercredi 18 mai, le conseil d'administration du CHU a voté à l'unanimité une motion pour dénoncer l'insuffisance des crédits : « l'absence de financement de dépenses constatées conduisent à un handicap budgétaire de 30,5 millions d'euros (...) Les membres du Conseil insistent expressément pour qu'une dotation complémentaire soit attribuée au CHU de Montpellier afin d'éviter de graves dysfonctionnements préjudiciables à la mission du CHU auprès des patients »

Mercredi 18 mai, le conseil d’administration du CHU a voté à l’unanimité une motion pour dénoncer l’insuffisance des crédits : « l’absence de financement de dépenses constatées conduisent à un handicap budgétaire de 30,5 millions d’euros (…) Les membres du Conseil insistent expressément pour qu’une dotation complémentaire soit attribuée au CHU de Montpellier afin d’éviter de graves dysfonctionnements préjudiciables à la mission du CHU auprès des patients »

Dénonçant l’insuffisance des crédits notifiés par l’Etat pour 2005 qui met en péril la qualité des soins et la pérennité de l’établissement, Hélène Mandroux, Maire de Montpellier et présidente du CHU, a demandé une audience au Ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy. Elle sera accompagnée d’Alain Manville, Directeur Général du CHU et du Professeur Bernard Hédon, Président de la Commission Médicale d’Etablissement.

Selon Hélène Mandroux et Alain Manville « la défense de l’hôpital public passe nécessairement par un soutien de son bon fonctionnement au travers d’un budget digne qui permet une organisation harmonieuse favorisant la qualité des soins et la sécurité des patients. La présentation du budget faite par le CHU de Montpellier, assortie d’une demande complémentaire ajustée aux besoins, est honnête et responsable. Honnête parce que respectant un fonctionnement à moyens constants. Responsable dans le respect des patients et des personnels. »

La motion du conseil d’administration en sa séance du 18 mai 2005

« Le Conseil d’administration du CHU de Montpellier s’élève avec force contre l’insuffisance des enveloppes de crédits notifiés pour l’exercice 2005. La baisse des tarifs non compensée par l’extension des suppléments de journées de néonatalogie, de soins intensifs et de surveillance continue, le désengagement de l’assurance maladie mesuré par le taux de conversion imposé, et l’absence de financement de dépenses constatées conduisent à un handicap budgétaire de -30,5 millions d’euros.
Dans l’obligation de présenter un budget sincère tant en recettes qu’en dépenses, les membres du Conseil insistent expressément pour qu’une dotation complémentaire soit attribuée au CHU de Montpellier afin d’éviter de graves dysfonctionnements préjudiciables à la mission du CHU auprès des patients ».

Les CHU menacés
Le maire de Montpellier participait le 13 avril dernier à une conférence de presse à l’assemblée nationale avec Martine Aubry, maire de Lille, Gérard Collomb, maire de Lyon et Jean-Marc Ayrault, Maire de Nantes, pour dénoncer la crise du financement des hôpitaux publics due en grande partie à la réforme de la tarification hospitalière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”