Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un handicap de 30,5 millions d’euros, le CHU inquiet pour sa survie

Mercredi 18 mai, le conseil d'administration du CHU a voté à l'unanimité une motion pour dénoncer l'insuffisance des crédits : « l'absence de financement de dépenses constatées conduisent à un handicap budgétaire de 30,5 millions d'euros (...) Les membres du Conseil insistent expressément pour qu'une dotation complémentaire soit attribuée au CHU de Montpellier afin d'éviter de graves dysfonctionnements préjudiciables à la mission du CHU auprès des patients »

Mercredi 18 mai, le conseil d’administration du CHU a voté à l’unanimité une motion pour dénoncer l’insuffisance des crédits : « l’absence de financement de dépenses constatées conduisent à un handicap budgétaire de 30,5 millions d’euros (…) Les membres du Conseil insistent expressément pour qu’une dotation complémentaire soit attribuée au CHU de Montpellier afin d’éviter de graves dysfonctionnements préjudiciables à la mission du CHU auprès des patients »

Dénonçant l’insuffisance des crédits notifiés par l’Etat pour 2005 qui met en péril la qualité des soins et la pérennité de l’établissement, Hélène Mandroux, Maire de Montpellier et présidente du CHU, a demandé une audience au Ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy. Elle sera accompagnée d’Alain Manville, Directeur Général du CHU et du Professeur Bernard Hédon, Président de la Commission Médicale d’Etablissement.

Selon Hélène Mandroux et Alain Manville « la défense de l’hôpital public passe nécessairement par un soutien de son bon fonctionnement au travers d’un budget digne qui permet une organisation harmonieuse favorisant la qualité des soins et la sécurité des patients. La présentation du budget faite par le CHU de Montpellier, assortie d’une demande complémentaire ajustée aux besoins, est honnête et responsable. Honnête parce que respectant un fonctionnement à moyens constants. Responsable dans le respect des patients et des personnels. »

La motion du conseil d’administration en sa séance du 18 mai 2005

« Le Conseil d’administration du CHU de Montpellier s’élève avec force contre l’insuffisance des enveloppes de crédits notifiés pour l’exercice 2005. La baisse des tarifs non compensée par l’extension des suppléments de journées de néonatalogie, de soins intensifs et de surveillance continue, le désengagement de l’assurance maladie mesuré par le taux de conversion imposé, et l’absence de financement de dépenses constatées conduisent à un handicap budgétaire de -30,5 millions d’euros.
Dans l’obligation de présenter un budget sincère tant en recettes qu’en dépenses, les membres du Conseil insistent expressément pour qu’une dotation complémentaire soit attribuée au CHU de Montpellier afin d’éviter de graves dysfonctionnements préjudiciables à la mission du CHU auprès des patients ».

Les CHU menacés
Le maire de Montpellier participait le 13 avril dernier à une conférence de presse à l’assemblée nationale avec Martine Aubry, maire de Lille, Gérard Collomb, maire de Lyon et Jean-Marc Ayrault, Maire de Nantes, pour dénoncer la crise du financement des hôpitaux publics due en grande partie à la réforme de la tarification hospitalière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.