Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un lieu adapté pour entendre la souffrance des jeunes victimes

En mars 2010, l'unité d'accueil des enfants en danger (UAED) a ouvert un lieu d'écoute et d'enregistrement pour l'audition, dans les meilleures conditions, des enfants victimes de violences.

En mars 2010, l’unité d’accueil des enfants en danger (UAED) a ouvert un lieu d’écoute et d’enregistrement pour l’audition, dans les meilleures conditions, des enfants victimes de violences.

La loi de mars 1998 impose l’enregistrement filmé de la première audition d’un enfant présumé victime de violences sexuelles, pour lui éviter de devoir répéter des propos pénibles, susceptibles de plus d’évoluer sous influence.

Jusqu’à présent les enregistrements se déroulaient dans les locaux de la gendarmerie ou de la police, où l’enfant est accueilli dans des lieux certes très améliorés, mais encore inadaptés. Il a fallu plusieurs années pour convaincre de la nécessité d’une prise en charge spécifique : c’est le travail commun du service de pédiatrie, des services du conseil général, du parquet, de la gendarmerie, de la police, qui a permis d’ouvrir ce lieu dans les consultations de pédiatrie.

Désormais, à l’hôpital, dans une petite salle confortable et intime, discrètement équipée d’une caméra, l’enquêteur – policier ou gendarme ayant reçu une formation spécifique – peut s’entretenir avec l’enfant. Derrière une vitre sans tain, un autre enquêteur enregistre l’entretien.

Auparavant, la jeune victime aura été accueillie par une puéricultrice. « Le mineur reste un enfant dont on doit prendre soin, sans se laisser dépasser par la technique policière ou judiciaire », insiste le Dr Picherot, chef du service de pédiatrie. L’unité se charge, après l’entretien, d’effectuer l’examen médical et l’évaluation psychologique et sociale de l’enfant, si c’est nécessaire. Elle peut aussi organiser un suivi en lien avec les structures spécialisées (en particulier le conseil général) et des conseils sont fournis par l’équipe qui oriente les familles vers les services ou associations aptes à les aider. La puéricultrice les recontacte systématiquement pour connaître les besoins de l’enfant et de sa famille à distance.

Activité de l’équipe
Chaque année, l’équipe de l’unité d’accueil des enfants en danger du CHU reçoit en moyenne 300 enfants pour suspicion de mauvais traitement. Ils font une cinquantaine de signalements judiciaires
de cas graves. Depuis le 1er mars 2010, 96 enfants ont été
entendus dans le lieu financé à parité par l’Agence Régionale de Santé, le Conseil Général, l’association La voix de l’enfant et le CHU.

Contact 02.40.08.44.54

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.