Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

UPSAV : accompagner la personne âgée pour « bien vieillir  » à domicile

Le CHU de Limoges vient de lancer une Unité de Prévention, de Suivi et d'Analyse du Vieillissement (UPSAV). Cette démarche innovante vise à prévenir la rupture globale d'autonomie de la personne âgée et à évaluer l'impact sanitaire, social et économique des mesures de prévention. Initié en Haute-Vienne, le dispositif est généralisable au Limousin. L'UPSAV présente deux volets : un volet clinique (consultation), et un volet recherche (Geropass).

Le CHU de Limoges vient de lancer une Unité de Prévention, de Suivi et d’Analyse du Vieillissement (UPSAV). Cette démarche innovante vise à prévenir la rupture globale d’autonomie de la personne âgée et à évaluer l’impact sanitaire, social et économique des mesures de prévention. Initié en Haute-Vienne, le dispositif est généralisable au Limousin. L’UPSAV présente deux volets : un volet clinique (consultation), et un volet recherche (Geropass).

Sur simple appel de la personne âgée ou de son entourage (familial, médical ou social), un médecin gériatre et une infirmière coordonnatrice prennent rendez-vous pour un bilan d’autonomie au domicile même de la personne. L’UPSAV prévient alors le médecin traitant qui peut participer à cette consultation si la personne âgée le souhaite. Cet entretien permettra au binôme médical de faire un point sur la santé et l’environnement de vie de la personne, pour établir un bilan d’autonomie et définir les actions à conduire.

Concrètement, il s’agit d’élaborer un plan de prévention thérapeutique, d’hygiène de vie et d’actions sociales. Et, en fonction des besoins, de programmer la venue de nouveaux professionnels : ergothérapeute, psychologue, services d’aides à la personne… Ceux-ci pourront par exemple délivrer des conseils sur l’agencement du domicile afin de prévenir les chutes, sensibiliser le patient aux effets secondaires des médicaments… Tous les 6 mois, la personne âgée reverra le gériatre et l’infirmière coordonnatrice pour adapter les actions et les traitements thérapeutiques. L’UPSAV espère suivre 3 500 patients d’ici fin 20120

Geropass représentera le volet recherche de l’UPSAV.
Le programme en cours de validation par le conseil scientifique de la Délégation à la Recherche Clinique du CHU de Limoges satisfera aux exigences légales et règlementaires nationales. Geropass devra randomiser deux groupes de personnes âgées. L’un composé de patients suivis par l’UPSAV, bénéficiant donc de conseils et d’un suivi à domicile, l’autre de personnes âgées qui bénéficieront d’une évaluation gériatrique et d’une prise en charge habituelle réalisée par leur médecin traitant. 500 personnes participeront à ce projet de recherche qui devrait démarrer au cours du premier semestre 2010.

Unique en France, l’UPSAV est financée par la Mission Régionale de la Santé qui soutient cette action de santé publique menée en partenariat avec les structures sociales et médico-sociales de la région Limousin.

Conditions d’accès à l’UPSAV
– avoir plus de 75 ans, ou plus de 65 ans et être polypathologiques
– consultation gratuite
– prise de rendez-vous en appelant au 05 55 05 65 81

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”