Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Vertèbre fracturée et réparée par chirurgie robotique mini-invasive, une 1ère européenne à Nancy

Au CHRU de Nancy, un jeune homme de 36 ans victime d’un traumatisme du rachis lombaire ayant entraîné une fracture complexe d’une vertèbre, a bénéficié d’une nouvelle approche réparatrice chirurgicale robotique, le 9 août 2019. L'utilisation du robot a facilité l’implantation d’un fragment osseux iliaque et d’une prothèse afin de réparer sa vertèbre endommagée. A un mois de recul, l’état de ce patient a été jugé excellent.

Au CHRU de Nancy, un jeune homme de 36 ans victime d’un traumatisme du rachis lombaire ayant entraîné une fracture complexe d’une vertèbre, a bénéficié d’une nouvelle approche réparatrice chirurgicale robotique, le 9 août 2019. L’utilisation du robot a facilité l’implantation d’un fragment osseux iliaque et d’une prothèse afin de réparer sa vertèbre endommagée. A un mois de recul, l’état de ce patient a été jugé excellent.
Cette procédure innovante permet d’accéder au rachis par des incisions de quelques millimètres alors que jusqu’à présent les chirurgiens pratiquaient une ouverture importante de l’abdomen, associée à une mobilisation des viscères, de l’aorte abdominale et d’autres vaisseaux. Cette chirurgie lourde avait des conséquences potentiellement délétères sur les suites opératoires.
Cette prouesse a été rendue possible grâce à la collaboration des équipes du CHRU de Nancy – neurochirurgie (Pr Thierry Civit, Dr Nacer Mansouri), chirurgie vasculaire (Pr Sergueï Malikov, Dr Nicla Settembre) et les équipes de Marseille (AP-HM), Hôpital de la Timone (neurochirurgie, Pr Stéphane Fuentes).

Une intervention réalisée avec le robot chirurgical Da Vinci installé au CHRU de Nancy

Depuis 2016, les travaux pour mettre au point une nouvelle technique robotique de réparation ont été menés à l’Ecole de Chirurgie de Nancy, une des plateformes de l’Hôpital Virtuel de Lorraine. Référence en France et en Europe en matière de formation et de recherche multidisciplinaire, la structure fondée par le CHRU de Nancy, l’Université de Lorraine et l’Institut de Cancérologie de Lorraine, y excelle dans les activités mini-invasives & robotiques. Les équipes de Nancy et de Marseille ont ainsi bénéficié de cet environnement unique pour tester toutes les étapes opératoires et d’imagerie complexes sur les modèles expérimentaux disponibles.
Le travail collaboratif de longue haleine s’est prolongé  par une transition vers la clinique et a débouché sur la conception d’une nouvelle approche mini invasive robotique pour la réparation sans ouverture de l’abdomen des vertèbres atteintes par un processus de destruction d’origine traumatique, dégénérative ou tumorale.
La technique robotique mini invasive ouvre la voie au traitement radical d’autres lésions du rachis d’origine infectieuse, dégénérative, traumatique complexe ou cancéreuse comme des métastases. Les prochaines interventions sont d’ores et déjà programmées. Une première évaluation permettra à terme d’étendre la pratique chirurgicale à plus grande échelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”