Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Vitiligo : A Bordeaux, Sarah Connay signe une interprétation artistique de la maladie

Réaliser une œuvre sur l'invasion de l'épiderme par le vitiligo, cette maladie très particulière qui provoque des tâches blanches sur la peau. Les marques progressent de manière imprévisible, reculent, se répandent altérant l'image du corps et causant un préjudice secondaire invisible à l'œil nu : l’impact psychologique. Pour exprimer ces répercussions sur les sentiments des patients, l’Association Française du Vitiligo, le Dr Khaled Ezzedine et la Direction de la Communication et de la Culture du CHU ont invité l'artiste Sarah Connay.
Réaliser une œuvre sur l’invasion de l’épiderme par le vitiligo, cette maladie très particulière qui provoque des tâches blanches sur la peau. Les marques progressent de manière imprévisible, reculent, se répandent altérant l’image du corps et causant un préjudice secondaire invisible à l’œil nu : l’impact psychologique. Pour exprimer ces répercussions sur les sentiments des patients, l’Association Française du Vitiligo, le Dr Khaled Ezzedine et la Direction de la Communication et de la Culture du CHU ont invité l’artiste Sarah Connay
En résidence au CHU de Bordeaux, Sarah Connay a assisté aux consultations, entendu les témoignages des paroles de patients sur leur identité, sur le regard des autres, sur les normes esthétiques de la société contemporaine.

De cette écoute a jailli "le Mélanocytodrome", une œuvre interactive et itinérante qui témoigne de la singularité de l’avancée de la maladie sur la surface du derme, frontière ténue entre soi et le monde. L’exposition débute le 12 mai 2016 dans la galerie mobile Tinbox de l’Agence Créative et se poursuivra jusqu’en juin dans différents quartiers de la ville*. Ce travail a requis l’implication des personnes atteintes du vitiligo soignées et des professionnels du service de dermatologie de l’hôpital Saint-André et de l’hôpital des Enfants et la collaboration de l’atelier menuiserie du Groupe Hospitalier Pellegrin.

A l’image du vitiligo, "le Mélanocytodrome" se régénère en permanence, se transforme, converse implicitement et sensitivement avec son environnement. L’œuvre s’articule autour de plusieurs installations dont "le Révélateur" détourner de son usage diagnostique pour révéler ici les sentiments des personnes atteintes du vitiligo. 
À l’extérieur de la Galerie Tinbox, un environnement plus ludique propose un espace pour le corps par l’appropriation des mélanocytes représentés en version macroscopique. Le Mélanocytodrome se couvre de ces cellules pigmentées par la lampe de Wood. Certaines peuvent être saisies par le public afin de se les approprier. Chacun est également invité à en produire et symboliquement à prendre part à leur prolifération.
"Mon travail est un outil d’observation de mon environnement sociologique et culturel. Il est comme un système au sein duquel j’ajoute de nouvelles formes et règles qui me servent à déplier l’énigme." témoigne l’artiste
Le Mélanocytodrome est une œuvre conceptuellement toujours active 
Le Révélateur est ouvert à la réception de témoignages, les mélanocytes sont destinés à proliférer avec l’implication du public. Le déplacement de l’installation finale fait partie intégrante du projet. Son itinérance, débute le 12 mai 2016 sur les sites du CHU de Bordeaux et de la Métropole bordelaise. L’Agence Créative souhaiterait poursuivre ensuite cette itinérance sur les différents sites des CHU de France.
Inscrit dans la politique culturelle du CHU qui contribue à l’ouverture de l’hôpital sur la cité, le projet a reçu le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, de l’Agence Régionale de Santé et du Conseil Régional d’Aquitaine dans le cadre du dispositif « Culture et Santé ».

*Itinéraire du Mélanocytodrome 

Le Mélanocytodrome est une oeuvre pénétrable et manipulable. La visite de l’exposition dans la Galerie Tinbox est accompagnée de médiateurs
Hôpital Saint-André – Église Sainte-Eulalie
De 12 au 26 mai 2016
Dates et horaires de médiation : tous les jours de 12h à 18h
Groupe Hospitalier Pellegrin – Parvis de l’hôpital des Enfants
De 26 mai au 8 juin 2016
Dates et horaires de médiation : tous les jours de 12h à 18h
Grand Parc – Cours de l’annexe B
De 9 juin au 13 juin 2016
Dates et horaires de médiation : tous les jours de 12h à 18h
Soirée repas « Bordeaux Art Tour » le vendredi 10 juin à 19h30 (sur réservation)
Parc Bordelais 
De 13 juin au 23 juin 2016
Dates et horaires de médiation : tous les jours de 12h à 18h
Rive droite – Ponton Yves Parlier – Bord de Garonne
De 23 juin au 5 juillet 2016
Dates et horaires de médiation : tous les jours de 12h à 18h
Place St Michel
Le 5 juillet et 6 juillet 2016
Dates et horaires de médiation : tous les jours de 12h à 18h

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.