Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Zig Hospi: en pédiatrie, « radio » ne signifie pas toujours « imagerie

Depuis trois ans, les locaux du service de pédiatrie se font studio d'enregistrement et terrain de reportages pour les enfants hospitalisés tentés par l'aventure radiophonique. Chaque mois, Alternantes FM assiste et diffuse leur travail. C'est l'émission «Zig Hospi», fruit d'une initiative originale.

Depuis trois ans, les locaux du service de pédiatrie se font studio d’enregistrement et terrain de reportages pour les enfants hospitalisés tentés par l’aventure radiophonique. Chaque mois, Alternantes FM assiste et diffuse leur travail. C’est l’émission « Zig Hospi », fruit d’une initiative originale.

Les enfants ne sont pas encore arrivés. Daniel Raphalen a troqué sa blouse de manipulateur en radiologie contre un casque d’animateur en radio…phonie. C’est en effet en tant que président bénévole d’Alternantes FM qu’il s’installe aujourd’hui dans la médiathèque du service de pédiatrie, en compagnie de Cécile Liège, journaliste et de Stéphanie Thomas, éducatrice. Sophie est l’invitée du jour. Elle a accepté de se prêter au jeu des questions-réponses pour présenter aux jeunes reporters son instrument, une harpe celtique, et sa passion pour la musique.

Arrivent les journalistes en herbe : Clara, Fanny et Alison, âgées de 9 à 14 ans. Toutes les trois sont venues sur leurs jambes. Un hasard. Parfois, les enfants doivent trimballer béquilles ou perfusions, viennent en fauteuil roulant ou couchés. L’équipe est parée à toute éventualité, tout est mis en oeuvre pour que chacun, quelle que soit sa situation, puisse participer s’il en a envie : « On ne sait jamais trop la veille qui sera là, explique Stéphanie : au dernier moment, les enfants intéressés peuvent avoir un soin, ne pas se sentir bien, ou allaient tout simplement tellement mieux qu’ils sont sortis plus tôt que prévu ! On est habitués à réagir vite, à nous adapter aux circonstances. »

Éducatrice, journaliste et technicien sont bien rôdés : l’aventure a commencé début 2003. L’idée qui mijotait depuis deux ans dans les cartons de Daniel Raphalen, créer un atelier d’expression radiophonique au sein de l’hôpital pour enfants, se concrétise dans le cadre de l’opération Pièces jaunes : la première émission est enregistrée, montée et diffusée en novembre. Zig hospi est née. Depuis, chaque premier jeudi du mois, cinq à dix enfants, les éducatrices du service et l’équipe de la radio nantaise associative se retrouvent autour d’un invité.

Sophie ménage un peu de suspense avant l’ouverture de la housse qui protège la harpe. Waaah ! Elle est belle ! Mais… « Pourquoi les cordes ont des couleurs différentes ? », « Combien ça pèse ? » D’abord timides, les trois apprentis journalistes s’enhardissent et questionnent. Elles ont le droit de toucher, de soupeser, d’essayer de pincer les cordes… Sophie ponctue ses explications de quelques interprétations de morceaux traditionnels qui suscitent d’autres interrogations : « Combien de temps il faut pour jouer comme ça ? », demande Fanny, elle-même musicienne. Daniel Raphalen tend le micro, relance l’entretien quand il le faut, encourage les enfants à parler : « C’est une façon de les accompagner dans autre chose que le soin, de les sortir de ce quotidien. Ils sont naturellement doués : au départ, ils ne se connaissent pas, viennent de services différents, mais ils s’adaptent très vite aux invités et aux sujets. »

Entre les rencontres qui se déroulent chaque premier jeudi du mois, les éducatrices poursuivent le travail dans leur service en effectuant avec les enfants des prises de son, des interviews de soignants et depuis cette année, en collaboration avec un professeur, la création d’une histoire à épisodes. Ces enregistrements sont intégrés à l’émission qui est montée par des professionnels dans les studios d’Alternantes. La mouture finale, réalisée par la journaliste Cécile Liège, d’une durée trente minutes, est diffusée à deux reprises sur les ondes et écoutée par un public fidèle.

Au fil des mois, on a ainsi pu faire la connaissance de danseurs de hip hop, de comédiens, d’un magicien, de chercheurs… On a mis en ondes des contes, visité des services, rencontré des médecins… Tout cela sous l’égide de journalistes qui, pour jeunes et novices qu’ils soient, n’en possèdent pas moins l’art de poser les bonnes questions.

Prochaines diffusions (les mercredi à 11h30 et les vendredis à 14h30) : 17 et 19 janvier, 14 et 16 février, 14 et 16 mars, 18 et 20 avril, 16 et 18 mai, 20 et 22 juin. Alternantes : FM 98.1 à Nantes, 91.0 sur la côte (Saint-Nazaire-Campbon) et sur internet alternantesfm.net

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.