Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1000e greffe de rein au CHU de Besançon

1000e greffe de rein, 35 ans de prélèvement d'organes, 15 ans de soutien des associations ! A Besançon, 2010 est une année que tous les acteurs de la transplantation d'organes tiennent à célébrer.

1000e greffe de rein, 35 ans de prélèvement d’organes, 15 ans de soutien des associations ! A Besançon, 2010 est une année que tous les acteurs de la transplantation d’organes tiennent à célébrer.

Un peu d’histoire : le 30 octobre 1974 a eu lieu la 1re greffe rénale en Franche-Comté. Aboutissement d’une longue évolution débutée en 1969 avec la création d’un centre régional d’hémodialyse par le Pr Claude Perol, dans le service du Pr Lecomte des Floris, faisant de Besançon l’un des 7 CHU à disposer d’une unité d’hémodialyse.

Besançon a aussi bénéficié de l’engagement des personnes qui ont oeuvré à la création de l’université de Franche-Comté et du CHU :
– le président Edgar Faure qui par son implication dans la réforme a permis, en 1967, la transformation de l’école de médecine de Besançon en Faculté de Médecine de plein exercice.
-Jean Minjoz, qui fut ministre, maire de Besançon et président de la fédération hospitalière de France et mit gracieusement à disposition de la nouvelle faculté de médecine de plein exercice les locaux de l’Arsenal ; geste qui fut fondamental pour l’essor de la médecine en Franche-Comté.
– le doyen Pierre Magnin qui par sa compétence et ses relations a su donner un rayonnement national à la faculté et la rendre ainsi attractive.
– le Pr André Peters qui permit d’obtenir un centre de transfusion digne de sa mission régionale, puis un laboratoire d’histocompatibilité.
– Mr Gilbert Ceugnart directeur général du centre hospitalier, et l’ensemble du personnel hospitalier apportèrent un soutien précieux à cette évolution.
Le prélèvement et la transplantation s’intégraient dans une réflexion nationale, sur les questions éthiques qu’ils soulèvent et qui trouva son aboutissement dans la loi Caillavet, la première loi de bioéthique.

Le 11 juin 2010, les équipes bisontines pratiquaient la 1000e greffe rénale

Pour célébrer cet événement, une soirée anniversaire s’est déroulée le 10 septembre à la CCI du Doubs. Temps fort de la manifestation, la conférence sur l’avenir des greffes. Les Drs Benoît Averland, directeur nord est direction opérationnelle du prélèvement et de la greffe, Agence de la biomédecine, Régis Aubry, président de l’Observatoire de la fin de vie, et Mr Pierre Le Coz, vice-président du comité consultatif national d’éthique, ont évoqué les questions que soulèvent la révision des lois de bioéthiques, les avancées médicales et le besoin croissant d’organes.

Quelques chiffres
Aujourd’hui, la Franche-Comté compte 560 dialysés, 318 candidats en attente de greffe rénale et 540 personnes vivant avec un greffon fonctionnel.
La durée de vie nationale moyenne d’un greffon est de 13 ans, une franc-comtoise bénéficie d’un greffon fonctionnel (donneur vivant) depuis 35 ans.
Sur les 1000° patients greffés au CHU depuis 1974, plus de la moitié vivent avec leur greffon.

35 ans de soutien des associations
Cette soirée anniversaire précédait la 15° manifestation annuelle « Les boucles du don » qui se tenait le dimanche 12 septembre. Organisée par des bénévoles, cette manifestation réunissait comme chaque année plus de 1 000 participants. Cyclistes, rollers, joggers, marcheurs, cavaliers ont contribué à informer et sensibiliser le public sur le don d’organes. Cette édition était parrainée par le Professeur Michel Bittard, chirurgien ayant réalisé la 1re greffe de rein au CHU de Besançon et l’équipe de Hand-ball de l’Entente sportive bisontine féminine.
Grâce à cette forte et constante mobilisation aux cotés de la cellule de coordination des greffes du CHU, le taux d’accord pour prélèvement en Franche-Comté est supérieur à la moyenne nationale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.