Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A Poitiers, un nouveau centre d’explorations et thérapeutiques

Le nouveau centre d’explorations et thérapeutiques du CHU de Poitiers regroupe neuf disciplines médicales et propose des interventions diagnostiques et thérapeutiques. Il s’agit d’un plateau technique, destiné aux médecins, qui propose un parcours sous anesthésie générale - pour des actes douloureux, notamment - et un parcours sous anesthésie locale.

Le nouveau centre d’explorations et thérapeutiques du CHU de Poitiers regroupe neuf disciplines médicales et propose des interventions diagnostiques et thérapeutiques. Il s’agit d’un plateau technique, destiné aux médecins, qui propose un parcours sous anesthésie générale – pour des actes douloureux, notamment – et un parcours sous anesthésie locale.
Le centre d’explorations et thérapeutiques interventionnelles, en service depuis le 1er octobre 2018 et inauguré le 5 novembre, s’inscrit dans la restructuration de la tour Jean-Bernard, sur le site de la Milétrie. Ce centre est doté d’un plateau technique qui lui est propre. Neuf disciplines médicales (hépato-gastro-entérologie, pneumologie, ophtalmologie, dermatologie, urologie, gynécologie, chirurgie plastique, orthopédie, ORL) y interviennent dans un cadre similaire à celui de la chirurgie ambulatoire. Le centre propose deux parcours à ses patients : un premier sous anesthésie générale et un second sous anesthésie locale.

Vers de nouvelles prises en charge

Le service s’étend sur 2 500 m² et comprend treize salles s’intervention, un hôpital de jour et une salle de réveil. Le centre s’appuie sur le très haut niveau d’expertise atteint par les unités d’endoscopie digestive et pneumologique du CHU. Dans des salles dédiées, sont réalisées les endoscopies ainsi que les biopsies digestives, bronchiques, hépatiques et urologiques. Les sismothérapies mais aussi les extractions dentaires sous anesthésie générale pour les personnes atteintes de handicap mental seront également effectuées, permettant d’asseoir la mission de service public du CHU auprès d’une population jusqu’alors mal prise en charge. Le coût du chantier s’élève à 4 millions d’euros, auquel s’ajoutent 2 millions d’euros d’équipement biomédical.
Médecins et soignants des neuf spécialités prennent en charge les patients, pendant la durée de leur passage qui s’étend de 1 h à 1 h 30, de l’accueil à la sortie. A ce jour, le centre accueille 40 patients par jour.

Une médecine micro-invasive en ambulatoire 

Inscrit dans le projet d’établissement du CHU de Poitiers, ce centre a été pensé par la communauté médicale pour anticiper la médecine de demain, une médecine micro-invasive en ambulatoire. C’est une organisation qui offre des conditions d’intervention optimales pour les équipes médicales, une optimisation des blocs opératoires et un parcours de soins simplifié pour le patient.
Le centre d’explorations et thérapeutiques interventionnelles se situe juste en-dessous des blocs opératoires, dans le couloir C, au rez-de-chaussée de Jean-Bernard, juste après le noyau des ascenseurs et le salon de sortie, sur le site de la Milétrie. Le centre est ouvert du lundi au vendredi, de 8 h à 18 h sans discontinuité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.