Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Aides-soignants de Nancy : formation inédite à l’hygiène bucco-dentaire des personnes âgées dépendantes

35% des personnes âgées ont des racines dentaires résiduelles, 27% une pathologie parodontale et 15% une édentation totale. Les conséquences multiples en matière de santé débouchent sur une réalité dommageable majeure : la dénutrition des personnes âgées dépendantes. C’est pourquoi l’Institut de Formation des Aides-Soignants du CHU de Nancy ouvre pour cette rentrée 2011 la première formation théorique et pratique sur l’hygiène bucco-dentaire chez les personnes âgées dépendantes. Explications.

35% des personnes âgées ont des racines dentaires résiduelles, 27% une pathologie parodontale et 15% une édentation totale. Les conséquences multiples en matière de santé débouchent sur une réalité dommageable majeure : la dénutrition des personnes âgées dépendantes. C’est pourquoi l’Institut de Formation des Aides-Soignants du CHU de Nancy ouvre pour cette rentrée 2011 la première formation théorique et pratique sur l’hygiène bucco-dentaire chez les personnes âgées dépendantes. Explications.
Ouverte aux élèves et aux futurs professionnels, la formation, inédite en France, dispensée à l’IFAS du CHU de Nancy vise à compenser le retard national dans le domaine de l’hygiène bucco-dentaire des personnes âgées dépendantes. Ces soins sont considérés par les équipes soignantes comme difficiles car transgressant l’espace personnel des patients. Pourtant, seul un quart des personnes âgées sont autonomes en matière de soins de bouche, un chiffre qui plaide en faveur  d’une aide constante au quotidien pour une grande majorité d’entre eux.
Cette initiative est possible grâce au travail antérieur de l’association lorraine «DépenDent» présidée par le Dr André Goengrich, chirurgien dentiste. Créée en octobre 2008 à l’initiative de chirurgiens dentistes en partenariat avec la Faculté d’Odontologie, la Ville de Nancy et le soutien de la Direction Régionale du Service médical du Nord Est, c’est elle qui, avant la création de la formation, a :
– élaboré un concept de la prise en charge bucco-dentaire des personnes âgées dépendantes
– expérimenté ce concept au sein de l’EHPAD St Joseph de Nancy avec des résultats concluants pour les chirurgiens dentistes, les résidents, les équipes soignantes, le médecin coordonnateur et le directeur de l’établissement
– organisé cet enseignement théorique et pratique des élèves aides-soignants
La formation dispensée par des chirurgiens dentistes à raison de 4 heures par élève (2 heures de théorie et 2 heures de pratique) est volontairement mise en place en début de cursus pour que les futurs aides-soignants puissent rapidement mettre en pratique ces principes au cours de leurs stages dans les établissements hospitaliers. Elle consiste tout d’abord à les sensibiliser à l’importance de l’hygiène bucco-dentaire : les informations et conseils dispensés valables pour tout un chacun, amènent les élèves à s’interroger sur leurs propres pratiques en la matière.

Il s’agit ensuite pour ces futurs professionnels de savoir reconnaître les situations à risques : tant les conséquences de problèmes dentaires (caries, gingivites, mycoses, etc.) sur l’état de santé de la personne âgée (aggravation de risques cardio-vasculaires ou rénaux par exemple), que l’influence de maladies comme le diabète ou de traitements particuliers dans l’apparition de pathologies dentaires. C’est un rôle de première ligne que l’aide-soignant remplit ici : au chevet du patient au quotidien, il doit être en mesure de repérer ces signes, d’alerter l’équipe soignante et d’appliquer les premiers gestes d’hygiène pour éviter que l’état général de la personne âgée n’empire.
C’est aussi un rôle d’éducation que la formation souhaite transmettre aux aides-soignants : si les messages de santé publique sont à présent ancrés dans la société, ils étaient quasiment absents pour les personnes âgées d’aujourd’hui durant leur jeunesse. D’où la nécessité de faire passer des informations simples par des images marquantes : prendre soin de ses dents, cela doit être aussi naturel qu’utiliser des couverts propres pour manger. L’hygiène est un pré requis indispensable à tout soin dentaire et les gestes de base sont à inscrire dans la continuité de chaque repas. Faire les bons gestes à la bonne fréquence, veiller au bon entretien des prothèses dentaires ou encore éviter les utilisations abusives des bains de bouche antiseptiques : autant de points pour lesquels les aides-soignants doivent se montrer vigilants.
Cette première session de formation concerne 60 élèves de l’Institut de Formation des Aides-Soignants du CHU de Nancy. A terme, elle devrait s’étendre aux Instituts de Formation en Soins Infirmiers de l’établissement et être proposée aux professionnels exerçant dans les structures extérieures de la région.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.