Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Angers 2015 : le renouveau du CHU

Trois grands chantiers vont marquer le renouveau du CHU d’Angers, le projet Robert Debré, la restructuration de l’Hôtel Dieu Nord et l’extension du bâtiment Larrey. Au total, un investissement de près de 40 millions d’euros. L’enjeu : moderniser l’offre de soins pour intégrer les techniques les plus innovantes comme une salle d’interventions hybrides…, rationaliser les organisations et agrandir les services afin de répondre à l’augmentation d’activité...

Trois grands chantiers vont marquer le renouveau du CHU d’Angers, le projet Robert Debré, la restructuration de l’Hôtel Dieu Nord et l’extension du bâtiment Larrey. Au total, un investissement de près de 40 millions d’euros. L’enjeu : moderniser l’offre de soins pour intégrer les techniques les plus innovantes comme une salle d’interventions hybrides…, rationaliser les organisations et agrandir les services afin de répondre à l’augmentation d’activité : plus de 9 % en ambulatoire et de 4 % en hospitalisation traditionnelle en 2011. Pôle en plein essor, la chirurgie cardiaque ambitionne de passer de 650 interventions en 2011 à 800 en 2013.
Sont concernés au premier chef les 61 000 enfants et adultes qui fréquentent la pédiatrie, les services de médecine et de chirurgie, l’imagerie médicale ou la réanimation chirurgicale et les 770 hospitaliers qui exercent dans ces unités.
La bonne santé budgétaire du CHU qui affiche des comptes à l’équilibre depuis 2008 lui permet d’envisager sereinement ces investissements. En effet, son état prévisionnel des dépenses et des recettes (EPRD) 2012 est à l’équilibre pour un budget de 422,56 millions d’euros qui a enregistré une très faible augmentation des dépenses de 0,63 % par rapport au réalisé en 2011. Cette année, l’encours de la dette prévisionnelle a diminué de 2,3 millions d’euros, passant à 122,21 millions d’euros (donnée du plan global de financement pluriannuel (PGFP 2012-2016). Il correspond à 28% des produits toutes activités confondues. Quant aux autres ratios d’endettement (indépendance financière, durée de la dette), ils sont aussi au vert

Gros plan sur le programme immobilier

Bâtiment Larrey : Construction d’un nouveau bâtiment pour la réanimation chirurgicale
Le bâtiment Larrey abrite 3 services chirurgicaux érigés en centres de recours régionaux : la neurochirurgie, la chirurgie vasculaire-thoracique et la chirurgie cardiaque. Cette notoriété a largement contribué à l’essor de son activité. Pour autant tous les besoins de chirurgie cardiaque ne sont pas encore couverts sur la région. En tant qu’établissement de référence, le CHU d’Angers -en accord avec l’ARS- a décidé d’accroître son activité de chirurgicale cardiaque, ce qui implique dans un premier temps  d’augmenter le nombre de lits en réanimation chirurgicale. Le CHU fait construire, à cet effet, une extension au bâtiment Larrey qui accueillera une unité mixte de réanimation chirurgicale/surveillance continue de 16 lits au lieu de 11. Sont également prévus pour 2013 l’extension du service d’imagerie médicale interventionnelle, la création d’une salle hybride : radiologie interventionnelle / salle d’interventions. Opération tiroir, 3 installations sont planifiées en 2012 dans la zone libérée du bâtiment Larrey : service d’allergologie, centre de coordination cancérologie et l’équipe mobile de soins palliatifs
Hôtel Dieu Nord
Deux opérations phares sont prévues : l’installation des services de maladies du sang de 58 lits et places et le regroupement des services d’endocrinologie-diabéto-nutrition. Les complémentarités entre l’activité d’endocrinologie-diabétologie-nutrition et l’activité de médecine interne – liées à l’organisation interne du CHU – ont justifié un regroupement des capacités d’hospitalisation. Tout en conservant leur singularité et leur autonomie, ces deux services bénéficieront de structures d’hospitalisation communes de 86 lits et places réparties en 3 unités.
Doublement des capacités d’unité de soins palliatifs qui comptera 10 lits en 2015. Chaque chambre disposera d’un accès direct vers un patio central.
Robert Debré 2015
Ce projet prévoit de réunir des plateaux techniques, de regrouper des spécialités, de moderniser des structures d’accueil, ou encore de renforcer sa coopération avec l’Institut de Cancérologie de l’Ouest (ICO). La réorganisation des activités médicales concerne la fédération de pédiatrie (restructuration des secteurs), l’assistance médicale à la procréation (emménagement), la  chirurgie plastique (unités d’hospitalisation adultes), l’ophtalmologie (unités d’hospitalisation adultes), l’ORL (unités d’hospitalisation adultes), la stomatologie (unités d’hospitalisation adultes) et le plateau technique partagé avec l’ICO à savoir le service d’imagerie et le bloc opératoire
Particularité architecturale de la restructuration de l’Hôpital Dieu Nord : le façadisme
Pour répondre aux exigences de conservation du patrimoine, la restructuration consistera en une déconstruction/reconstruction quasi totale du bâtiment : seules les façades Sud, (côté «ancienne chapelle»), et Est (côté Maine) seront conservées. Cette opération permettra de sauvegarder l’actuelle perspective de l’ancien hôpital autour de l’ancienne chapelle à partir de la Maine.
Projets à venir
La refonte de la filière urgence adultes (lancement des travaux en 2015)
La création d’un espace de recueillement et l’installation d’une chaufferie biomasse.
Projets immobiliers : les repères
Budget de 40 millions d’euros. Les travaux réalisés sur l’Hôtel Dieu Nord d’un montant de 28,9 millions d’euros sont éligibles au titre du plan national «Hôpital 2012 »
Pour l’Hôtel Dieu Nord, les architectes et bureau d’études retenus sont :
• Cabinet d’architecture GPAA – Gaelle Penneau et Architectes associés (Nantes)
• Bureau d’études EGIS (Nantes)
Bâtiments Larrey et Robert Debré 2015, lancement prochain de la phase programmiste

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”