Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Arythmies cardiaques : une nouvelle salle pour des traitements innovants

L’hôpital Hôpital Cardio Vasculaire et Pneumologique Louis Pradel du CHU de Lyon est un des premiers établissements européens a être équipé d’une salle de cardiologie interventionnelle de dernière génération. Un plus en termes de sécurité et de performance pour les patients souffrant d’arythmies cardiaques : tachycardie (accélération de la cadence cardiaque) ou bradycardie (ralentissement). La fibrillation auriculaire quant à elle, provoque un rythme irrégulier lent ou rapide. Ces troubles du rythme cardiaque concernent plusieurs millions de personnes, adultes ou enfants.

L’hôpital Hôpital Cardio Vasculaire et Pneumologique Louis Pradel du CHU de Lyon est un des premiers établissements européens a être équipé d’une salle de cardiologie interventionnelle de dernière génération.  Un plus en termes de sécurité et de performance pour les patients souffrant d’arythmies cardiaques : tachycardie (accélération de la cadence cardiaque)  ou bradycardie (ralentissement). La fibrillation auriculaire quant à elle,  provoque un rythme irrégulier lent ou rapide. Ces troubles du rythme cardiaque concernent plusieurs  millions de personnes, adultes ou enfants.
Ces affections entraînent des palpitations, des essoufflements ou des douleurs thoraciques voire des vertiges ou des pertes de connaissance. A l’extrême un accident vasculaire cérébral peut être la première manifestation du trouble du rythme cardiaque.  Ces troubles peuvent être traités par médicaments mais de plus en plus souvent ils sont résolus grâce à la  cardiologie interventionelle.
– le cardiologue introduit  une sonde très fine dans la veine fémorale située à l’aine. Elle est ensuite glissée jusqu’à l’intérieur du cœur. Au bout de la sonde deux types d’outils  peuvent : soit brûler par radiofréquence la zone malade, soit la détruire par le froid (cryoablation).
– Le rythmologue* peut aussi implanter chez les patients des défibrillateurs ou des pacemakers, le plus souvent sous anesthésie locale. 
Comme dans un cockpit d’avion, l’opérateur a face à lui un pavé d’images avec une cartographie en 3D du cœur du patient.
Les interventions, sous anesthésie locale, durent en moyenne 2 à 3 heures.
Les patients retrouvent immédiatement un rythme cardiaque normal pendant l’intervention. Ils restent hospitalisés 2 ou 3 jours et ne souffrent pas de douleurs post chirurgicales.  Les  enfants peuvent en bénéficier mais sous anesthésie générale.
*L’électricien du coeur
La rythmologie est une discipline cardiaque très précise qui demande une formation longue et difficile. Elle s’intéresse aux troubles du rythme cardiaque. Tout comme un moteur de voiture le cœur a un « starter » qui gère l’impulsion électrique. Le courant électrique normal  peut être inhibé par d’autres foyers d’excitation qui s’activent spontanément.
Ce sont ces « orages rythmiques » que le rythmologue étudie et détruit.

Sur le même sujet

A Bordeaux, un nouvel IHU pour mieux prévenir les AVC

Le 11 juillet a eu lieu à Bordeaux le lancement de l’Institut hospitalo-universitaire Vascular Brain Health Institute (VBHI), premier des douze nouveaux IHU annoncés l’an dernier par Emmanuel Macron dans le cadre de France 2030. En réunissant chercheurs, cliniciens et partenaires industriels, cette nouvelle institution souhaite créer un nouveau paradigme dans la prévention des maladies vasculaires cérébrales.

Une nouvelle maison des Femmes au CHU de Montpellier

La Maison des Femmes Agnès McLaren vient d’ouvrir à Montpellier. Ce lieu est destiné à toutes celles qui sont victimes de violences et entièrement dédié, grâce à l’engagement des professionnels du CHU, à leur santé. L’actrice Alexandra Lamy, ambassadrice de “la maison des femmes”, est la marraine du site montpelliérain.