Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Brahim Bouselmi devient directeur du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

Brahim Bouselmi a été désigné Directeur du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie (CNSPFV).

Brahim Bouselmi a été désigné Directeur du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie (CNSPFV).
Soignant de formation, Brahim Bouselmi a débuté sa carrière à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris avant de diriger des services de soins, puis plusieurs établissements de santé (MCO, EHPAD et CSAPA) en Ile-de-France. De 2014 à 2016, il a assuré la Direction des centres de santé et de planning familial à Saint-Denis (93).
Diplômé entre autres du CNAM et de Sciences-Po Paris, Brahim Bouselmi a ensuite dirigé au sein de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Ile-de-France le département « Prévention et promotion de la santé » de la Délégation départementale du Val-de-Marne – ainsi que des services en charge des personnes en difficultés spécifiques et des soins de psychiatrie – avant de lancer la préfiguration de la plateforme régionale pour la santé des détenus (GHT Grand Paris Nord-Est).

Au service de la lutte contre les inégalités en santé

Brahim Bouselmi a toujours souhaité mettre ses compétences en matière de santé publique et de management des organisations sanitaires et sociales au service de la réduction des inégalités sociales et territoriales.
« J’ai toujours eu à cœur d’accompagner des démarches visant à améliorer la santé de publics qui ne bénéficient pas du même accès aux soins que la majorité de la population, à travers la conduite de programmes spécifiques ou le lancement d’actions ciblées en matière de recherche, de dépistage et d’information. En ce qui concerne les soins palliatifs et la fin de vie, l’enjeu est un peu différent car toutes les familles y sont confrontées : nous devons développer encore et toujours l’information sur les dispositifs existants, être vigilants pour que les droits des citoyens s’appliquent partout et pour tout le monde de la même façon, échanger avec les professionnels de santé confrontés à la fin de vie au quotidien, continuer à écouter les proches et les familles, etc. Je suis honoré de la confiance qui m’a été accordée pour diriger le CNSPFV et contribuer ainsi à améliorer les conditions de prise en charge des soins palliatifs et de la fin de vie en France », a déclaré Brahim Bouselmi.
Au-delà de la rencontre avec l’ensemble des acteurs impliqués dans ce domaine, Brahim Bouselmi s’attachera au cours des prochains mois à renforcer les actions mises en place en matière d’information, de collecte de données et de suivi des politiques publiques, en vue du renouvellement du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie en 2021.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.