Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : diagnostic en une prise de sang, une recherche sur la progastrine menée à Lyon

La progastrine est présente dans le sang des personnes atteintes d’un cancer à des taux beaucoup plus élevés que chez les sujets sains, et ce quelle que soit l’origine du cancer. Pour autant, cette protéine peut-elle être considérée comme un nouveau biomarqueur du cancer ? Cette question est au cœur d’une recherche menée par les HCL.

La progastrine est présente dans le sang des personnes atteintes d’un cancer à des taux beaucoup plus élevés  que chez les sujets sains, et ce quelle que soit l’origine du cancer. Pour autant, cette protéine peut-elle être considérée comme un nouveau biomarqueur du cancer ? Cette question est au cœur d’une recherche menée par les Hospices Civils de Lyon (HCL).
Partant des résultats d’analyses menées par deux chercheurs Montpelliérains sur plus de 1 200 patients atteints de 11 cancers différents, l’Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon a lancé, en collaboration avec la société ECS Progastrin, une large étude prospective intitulée ONCOPRO. Son objectif : évaluer l’utilité d’un nouveau test sanguin pour le diagnostic du cancer et le suivi de l’efficacité des traitements basée sur la  progastrine. La progastrine est mesurée au diagnostic et tout au long de la prise en charge des patients (avant et après chaque chimio, après la chirurgie, pendant la surveillance …) et ce sur plusieurs années.
410 patients atteints de 16 cancers différents seront inclus dans l’étude d’ici 2021. Pour ce faire, l’étude a été ouverte dans 16 services de cancérologie des HCL. Cette étude n’impose pas de contrainte particulière au patient « Il n’y a aucun risque pour le patient car on ne modifie d’aucune façon sa prise en charge. Il n’y a pas de rendez-vous supplémentaire non plus puisque la prise de sang est effectuée au moment des visites déjà programmées à l’hôpital, explique le Dr Benoit You, oncologue et coordonnateur de l’étude. En revanche, des tubes de sang fournis sur le long terme peuvent réellement faire avancer la Recherche ! »
Si les résultats de l’étude ONCOPRO-HCL sont concluants, la progastrine deviendra un nouveau biomarqueur tumoral. Cette découverte présentera une avancée majeure en permettant undépistage simple et rapide du cancer à un stade précoce chez les personnes à risque ou dans le suivi de l’efficacité des traitements. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.