Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer du sein : la 1ère consultation de gestion des risques s’installe à la Salpêtrière

Cette consultation dédiée à la prévention du cancer du sein a pris place dans le service rénové de chirurgie et cancérologie gynécologique et mammaire, dirigé par le Pr Catherine Uzan, de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP et de la Faculté de médecine Sorbonne université. Ouverte depuis fin mai, elle s’adresse à toutes les femmes qui désirent évaluer et quantifier leur risque de cancer du sein. Avec pour seul impératif de prendre directement rendez-vous en ligne.
Cette consultation dédiée à la prévention du cancer du sein a pris place dans le service rénové de chirurgie et cancérologie gynécologique et mammaire, dirigé par le Pr Catherine Uzan, de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP et de la Faculté de médecine Sorbonne université. Ouverte depuis fin mai, elle s’adresse à toutes les femmes qui désirent évaluer et quantifier leur risque de cancer du sein. Avec pour seul impératif de prendre directement rendez-vous en ligne.
Cette première consultation du genre s’intègre dans la mise en œuvre inédite d’une Plateforme hospitalo-universitaire de gestion des risques en cancérologie (PGRC) élaborée par l’AP-HP et les Instituts universitaires de cancérologie (IUC) et d’ingénierie en santé (IUIS) de la Faculté de médecine Sorbonne université. L’AP-HP ouvrira prochainement une consultation similaire à l’hôpital Tenon.

Une démarche globale de santé publique

La création de cette consultation de gestion des risques de cancer du sein à l’AP-HP s’inscrit dans une démarche globale de santé publique, qui repose sur la médecine des quatre «P» (prédictive, préventive, personnalisée et participative) et qui vise à : évaluer et quantifier le risque de cancer du sein à l’aide de modèles mathématiques et d’algorithmes spécifiques ; prendre une décision partagée avec les patientes concernant leur dépistage, en s’appuyant sur leurs données individualisées fondées sur leurs antécédents personnels et familiaux ; proposer à chaque patiente un plan personnalisé de prévention et un suivi adapté sous la forme d’un coaching individualisé. 

Du dépistage au recueil de données épidémiologiques

Les personnes, chez qui un risque élevé de cancer sera dépisté, pourront être adressées au réseau de suivi des femmes à risque de cancer du sein de l’AP-HP. Avec l’accord préalable des patientes, les données recueillies à l’issue des consultations seront utilisées à des fins de recherche et contribueront notamment à définir des algorithmes de calcul de risque, de recherche clinique et épidémiologique. 
L’AP-HP a du reste pour objectif d’ouvrir des consultations de gestion des risques pour d’autres types de cancers (urologie, digestif, pneumologie, endocrinologie…), notamment au sein des hôpitaux universitaires Pitié-Salpêtrière-Charles Foix et de l’Est Parisien.
Plus de 61000 patients, dont près de 39000 nouveaux patients, ont été pris en charge pour un cancer en 2017 à l’AP-HP, soit environ 1/3 des patients d’Île-de-France.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.