Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardio : les nouveaux pacemakers miniatures stimulent le cœur des nîmois

"Pour la première fois, un pacemaker miniature de dernière génération a été implanté sur deux adultes originaires du Languedoc‐Roussillon souffrant d'insuffisance cardiaque" a annoncé l'équipe de Rythmologie du CHU de Nîmes. L'intervention s'est déroulée le 18 février 2016. Les patients ont pu regagner leur domicile dès le lendemain après une intervention sous anesthésie locale ayant duré moins d’une heure.

"Pour la première fois, un pacemaker miniature de dernière génération a été implanté sur deux adultes originaires du Languedoc‐Roussillon souffrant d’insuffisance cardiaque" a annoncé l’équipe de Rythmologie du CHU de Nîmes. L’intervention s’est déroulée le 18 février 2016. Les patients ont pu regagner leur domicile dès le lendemain après une intervention sous anesthésie locale ayant duré moins d’une heure.
Le pacemaker est un dispositif médical permettant d’accélérer le rythme cardiaque des patients dont le cœur bat trop lentement. Jusqu’alors, l’appareil se composait d’un boitier contenant la batterie et le système électronique, logé sous la peau, en dessous de la clavicule, et de sondes introduites par les veines et fixées dans les cavités cardiaques pour apporter au cœur la stimulation électrique.
Le nouveau dispositif, de 24 mm de longueur et 8 mm de largeur, s’implante directement dans le ventricule du patient. Ses atouts sont nombreux : pas de sonde, ni de boitier sous la peau, pas d’incision donc pas de cicatrice et moins de risques d’infections. L’intervention s’effectue par une simple ponction au niveau de la veine fémorale, sans incision ni cicatrice.
Après plusieurs années de test et déjà près de 1 000 patients implantés à travers le monde, ce pacemaker vient d’être commercialisé en France

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.