Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Certification de la Tumorothèque régionale de Franche-Comté

Les activités de la Tumorothèque régionale de Franche-Comté (TRFC) sont certifiées selon la norme NF S 96-900 depuis mars 2014. Une garantie pour la qualité des ressources biologiques et des services proposés : recueil, conservation, préparation et mise à disposition des ressources biologiques aux équipes de recherche académiques ou privées.

Les activités de la Tumorothèque régionale de Franche-Comté (TRFC) sont certifiées selon la norme NF S 96-900 depuis mars 2014. Une garantie pour la qualité des ressources biologiques et des services proposés : recueil, conservation, préparation et mise à disposition des ressources biologiques aux équipes de recherche académiques ou privées.

Les échantillons prélevés dans le cadre du soin et congelés au sein de la TRFC bénéficient aux programmes de recherche médicale sous réserve du consentement du patient et de l’accord du conseil scientifique de la TRFC.

Plus de 15 000 échantillons de tumeurs ou de tissus sains sont conservés actuellement par la TRFC à -196°C, ainsi qu’environ 10 000 dérivés à -80°C (ADN principalement, mais aussi sérum et plasma) ont pu être mis à disposition dans le cadre de près de 60 collaborations

La TRFC est le fruit de la coopération des laboratoires d’anatomie et cytologie pathologiques publics et privés de Franche-Comté sur lesquels s’appuient les établissements de chirurgie accrédités en cancérologie. Sur  2500 échantillons congelés chaque année, 500 proviennent d’établissements extérieurs.

Site web de la tumorothèque régionale de Franche-Comté

Les tumorothèques sont des banques d’échantillons biologiques obtenus à partir de tissus tumoraux (prélèvements) conservés à très basse température afin de préserver leurs propriétés de l’ADN et de l’ARN. Les tumorothèques mettent à disposition ces échantillons dans le cadre sanitaire pour affiner un diagnostic (recherche de mutations somatiques, recherche de translocations) et à des fins de recherche, aux scientifiques des laboratoires académiques et privés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.