Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chirurgie mini invasive : Tours acquiert le da Vinci Xi

Auteur /Etablissement :
Précurseur, le CHU de Tours compte à son actif plus de plus de 1 700 interventions robot assistées depuis 2007. Il était donc logique que l'établissement acquiert le tout dernier né des robots, le robot Da Vinci Xi ; un investissment d'envergure de 2 M€. Plus perfectionnée, cette nouvelle version permet d’élargir les indications à des opérations plus complexes en chirurgie urologique, gynécologique, ORL et pédiatriques et de nouvelles spécialités sont en passe de l'adopter.
Précurseur, le CHU de Tours compte à son actif plus de plus de 1 700 interventions robot assistées depuis 2007. Il était donc logique que l’établissement acquiert le tout dernier né des robots, le robot Da Vinci Xi ; un investissment d’envergure de 2 M€. Plus perfectionnée, cette nouvelle version permet d’élargir les indications à des opérations plus complexes en chirurgie urologique, gynécologique, ORL et pédiatriques et de nouvelles spécialités sont en passe de l’adopter. Ainsi, dans les prochains mois, une partie de la chirurgie digestive (chirurgie de l’obésité, du rectum, du colon, du foie) et de la chirurgie thoracique (ablation de tumeurs du thorax poumon ou autre) sera effectuée avec l’assistance du robot. Un gain en qualité, sécurité, suites opératoires allégées pour le patient et une plus grande ergonomie, simplicité et rapidité d’utilisation pour le chirurgien. Explications
La chirurgie robot assistée permet d’introduire des instruments miniaturisés à travers des petites incisions faites sur la peau ou par les orifices naturels. Ces instruments sont manipulés par le chirurgien par l’intermédiaire de manettes qui guident les bras du robot. Grâce à une vision en 3D magnifiée, c’est-à-dire avec une image grossie jusqu’à 10 fois. Le geste est plus précis, moins invasif et le patient se rétablit plus vite.

Six disciplines ont adopté le robot da Vinci Xi 

La chirurgie urologique (référent Pr Franck Bruyère)Les urologues ont réalisé plus de 1200 interventions robot-assistées, notamment pour des prostatectomies pour lesquelles l’utilisation du robot est un véritable atout, améliorant de beaucoup les suites opératoires.
L’aisance acquise par les chirurgiens leur a d’ailleurs permis d’être les premiers à pratiquer une greffe rénal robot-assistée. Et au quotidien, les chirurgies du rein, de la vessie et de la prostate sont effectuées avec le robot.
A l’avenir, grâce à ce nouvel équipement, les chirurgiens vont pouvoir pratiquer au robot des interventions de plus en plus complexes.
La chirurgie gynécologique (référent Dr Thomas Hébert)
De très nombreuses pathologies pelviennes peuvent justifier un traitement chirurgical robot-assisté ; les cancers du col de l’utérus ou de l’ovaire, l’endométriose sont notamment de très bonnes indications. Depuis le début de l’activité de chirurgie gynécologique robot-assistée au CHRU de Tours, plus de 130 cas ont été réalisés par chirurgie robot-assistée avec des bénéfices importants pour les patientes.
Le nouveau robot va permettre des interventions encore plus pointues avec de nouvelles modalités opératoires. La possibilité de travailler dans plusieurs quadrants de l’abdomen va permettre de développer de nouvelles activités avec un fort bénéfice pour les patientes.

La chirurgie ORL (référent Pr Sylvain Morinière)
Le robot chirurgical est une avancée technologique majeure en cancérologie ORL, car il permet d’opérer les tumeurs du pharynx en passant par la cavité buccale. On évite ainsi une grande ouverture cervicale et faciale qui est habituellement indispensable dans la chirurgie « ouverte » classique et le plus souvent il n’y a pas besoin de trachéotomie.
La durée d’hospitalisation postopératoire est diminuée car la récupération de la voix et de la déglutition se fait beaucoup plus vite. Le nouveau robot va permettre de réaliser encore plus d’interventions qu’avec le précédent, comme la chirurgie des syndromes d’apnée du sommeil.

La chirurgie pédiatrique (référent Pr Hubert Lardy)
La chirurgie robot-assistée n’a cessé d’étendre ses indications pour devenir, dans certaines situations, la technique de référence, supplantant pour beaucoup d’indications les interventions à « ciel ouvert », en limitant les délabrements pariétaux et les douleurs post-opératoires et en limitant la durée des séjours hospitaliers.
Depuis 2007, près de 200 intervention ont été réalisées : des ablations de rein, des cures de malformation rénale ou gastrique (reflux), des ablations de tumeurs thoraciques ; et le nouveau robot va permettre d’étendre les indications.

La chirurgie digestive (référent Dr Petru Bucur)
Le robot chirurgical est un développement considérable de la chirurgie digestive mini invasive, en y apportant la vision 3D et les mouvements articulés. Cela permet de réaliser des gestes de dissection fine et précise, de diminuer le traumatisme des structures nerveuses délicates dans des espaces limitées, comme les plexus nerveux pelviens lors de la chirurgie du rectum, et d’éviter les grandes ouvertures abdominales pour la chirurgie du pancréas et du foie.
Le bénéfice pour les patients est immédiat et notable, en termes de récupération post-opératoire et de qualité de vie.

La chirurgie thoracique (référent Dr Pierre Lhommet)
La chirurgie thoracique n’a pas échappé à l’évolution robotique. De nombreuses interventions sont déjà effectuées sous robot. Il devient même un outil incontournable dans la prise en charge de la pathologie thymique associée à la myasthénie. Les lobectomies et segmentectomies pulmonaires sont maintenant régulièrement faites dans certains centres par robot.
Le service de thoracique de Tours est actuellement en train de se former sur ce nouveau modèle et devrait être prochainement opérationnel.

Sur le même sujet

Une nouvelle maison des Femmes au CHU de Montpellier

La Maison des Femmes Agnès McLaren vient d’ouvrir à Montpellier. Ce lieu est destiné à toutes celles qui sont victimes de violences et entièrement dédié, grâce à l’engagement des professionnels du CHU, à leur santé. L’actrice Alexandra Lamy, ambassadrice de “la maison des femmes”, est la marraine du site montpelliérain.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.