Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nancy : centre pivot en médecine légale

Le nouveau schéma de médecine légale prévoit la création d’un « centre pivot » régional, relevant du CHU de Nancy. Dédié aux activités de médecine thanatologique et du vivant, ce centre assurera l'animation du réseau et la formation des médecins légistes de Lorraine. Institué aux termes de deux circulaires de décembre 2010, cette nouvelle organisation a été entérinée le 22 juin 2011 par la signature d’une convention entre l’établissement hospitalo-universitaire lorrain et la Cour d’Appel de Nancy.

Le nouveau schéma de médecine légale prévoit la création d’un « centre pivot » régional, relevant du CHU de Nancy. Dédié aux activités de médecine thanatologique et du vivant, ce centre assurera l’animation du réseau et la formation des médecins légistes de Lorraine. Institué aux termes de deux circulaires de décembre 2010, cette nouvelle organisation a été entérinée le 22 juin 2011 par la signature d’une convention entre l’établissement hospitalo-universitaire lorrain et la Cour d’Appel de Nancy.
 Ainsi, à compter du 1er juillet 2011, la Lorraine disposera d’un institut médico-légal et d’une unité médico-judiciaire, relevant du service de Médecine légale nouvellement créé au sein du CHU et financé par le ministère de la justice et des libertés.

La médecine légale une spécialité hospitalière à part entière

Au-delà de la reconnaissance officielle d’une nouvelle discipline, cette réforme va permettre de coordonner dans un même service l’examen des victimes de violences adressées par la justice tout en préservant la spécificité de certaines prises en charge (agressions sexuelles, jeunes enfants).

L’institut médico-légal : médecine légale thanatologique

L’IML poursuivra ses missions visant à procéder, sur réquisition judiciaire, aux autopsies, levées de corps et examens externes de cadavre. Son champ d’action s’étend aux réquisitions des magistrats des tribunaux de grande instance de Nancy, Briey, Épinal, Bar-le-Duc et Verdun, ainsi que de Metz et de Thionville. L’IML de Nancy devrait à terme réaliser, annuellement, quelque 250 autopsies. L’actuelle équipe composée de médecins légistes, sera renforcée par de nouveaux recrutements et par l’association de médecins légistes des départements de la Moselle, de la Meuse et des Vosges, qui lorsqu’ils auront, sur réquisitions judiciaires, procédé à des levées de corps, pourront participer à la réalisation de l’autopsie.

L’unité médico judiciaire : médecine légale du vivant

La nouvelle UMJ dont la vocation est toujours d’intervenir sur réquisitions des magistrats, des services de police et de gendarmerie réalise les examens médico-légaux de victimes aux fins de constatation de toutes blessures ou traumatismes ou encore de détermination de l’incapacité totale de travail. Son champ d’intervention s’élargit puisqu’elle va regrouper l’ensemble de l’activité de médecine légale du vivant jusqu’alors partagée entre l’actuelle UMJ, la Maternité Régionale Universitaire de Nancy et l’hôpital d’enfants du CHU.

L’animation du réseau de médecins légistes

Au-delà de la mise en place de ces deux structures, la réforme de la médecine légale définit la constitution d’un réseau de proximité, constitué de médecins légistes susceptibles d’être requis par les autorités judiciaires, et qui a vocation à compléter le maillage territorial des structures dédiées.
Ces médecins légistes, libéraux ou hospitaliers, qui relèveront, pour le ressort de la Cour d’Appel de Nancy, des réseaux de proximité des ressorts des tribunaux de grande instance de Briey, Épinal, Bar-le-Duc et Verdun, interviendront en matière de médecine thanatologique et du vivant. Ils bénéficieront de formations et de la mise en place de protocoles médicaux notamment en matière de levée de corps et de médecine légale du vivant.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”