Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Communauté Hospitalière de Territoire : Marseille et Martigues créent des filières de soins en cardiologie interventionnelle et en chirurgie… voire plus car affinités

70% des habitants de Martigues et de son agglomération sont traités à Martigues. Lorsqu'ils relèvent de soins plus spécialisés, les Martégaux bénéficient depuis 18 mois d'un bon niveau de prise en charge dans le cadre de filières de soins complètes intégrant les centres experts de l'AP-HM et notamment ceux de l’hôpital Nord. Grâce à ces accords, les compétences et les moyens des deux établissements seront utilisés de manière rationnelle et des consultations avancées seront assurées à Martigues quand les spécialistes sont difficiles à recruter localement.

70% des habitants de Martigues et de son agglomération sont traités à Martigues. Lorsqu’ils relèvent de soins plus spécialisés, les Martégaux bénéficient depuis 18 mois d’un  bon niveau de prise en charge dans le cadre de filières de soins complètes intégrant les centres experts de l’AP-HM et notamment ceux de l’hôpital Nord. Grâce à ces accords, les compétences et les moyens des deux établissements seront utilisés de manière rationnelle et des consultations avancées seront assurées à Martigues quand les spécialistes sont difficiles à recruter localement.

Concrètement, les complémentarités instaurées en cardiologie et en chirurgie se traduisent par un partage de praticiens, la co-utilisation de matériel, et des projets d’achats communs. Demain, cette démarche s’étendra à d’autres secteurs (lesquels voir en bleu ci-dessous). « Désormais, les établissements de santé doivent réfléchir à leurs missions dans un contexte économique contraint », souligne Nicolas Estienne, Directeur du Centre Hospitalier de Martigues (CHM). « Il est donc primordial de mutualiser les ressources et les compétences présentes sur un même territoire de santé. En créant  des filières, nous renforçons l’offre publique. Nous devons nous rapprocher des besoins des patients, améliorer notre niveau de financement en augmentant l’activité (T2A), enfin promouvoir l’hôpital public dans un secteur où la concurrence est rude avec le secteur privé ».
Dans le sud des Bouches-du-Rhône, une partie de la population n’a en effet pas accès à l’offre de soins du secteur privé, notamment en raison des dépassements d’honoraires pratiqués.
                        
 « De nombreux projets de partenariats sont à l’étude entre nos deux établissements. Leur implantation à une trentaine de km de distance l’un de l’autre est idéale pour constituer des filières de soins de proximité pour les patients », précise Christophe Got, directeur de l’hôpital Nord. « Nous réfléchissons à un partenariat répondant à nos besoins respectifs en chirurgie, en radiothérapie,  dans le domaine de la télé-radiologie, en soins de suite et en soins palliatifs. Il s’agit d’un rapprochement naturel sur des prises en charges complémentaires. Le Comité de Pilotage, composé de représentants des deux établissements et mis en place pour organiser ce partenariat, s’est appuyé sur les coopérations déjà existantes entre établissements et qui étaient anciennes : individuelles (praticiens consultant sur un autre site hospitalier) ou de services. L’esprit de cette coopération étant de rester au plus près des besoins des patients, nous organiserons des projets communs dès que cela s’avérera possible et bénéfique».           

Le Centre Hospitalier de Martigues et l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille assurent la prise en charge sanitaire hospitalière en premier recours (hors missions régionales et interrégionales du CHU) sur un bassin de population qui comprend les villes de Martigues, Marseille et Aubagne et représente 1,3 million d’habitants.

Un partenariat entre l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille et le centre hospitalier d’Aubagne est également en cours.

Les Communautés Hospitalières de Territoire, élément clé de la loi HPST

La loi portant réforme de l’Hôpital et relative aux Patients, à la Santé et aux Territoires a pour but d’établir une «offre de soins gradués de qualité, accessibles à tous et satisfaisant à l’ensemble des besoins de santé ». Afin de « mieux adapter l’offre de soins aux nouveaux besoins de la population, aux évolutions techniques et aux attentes des professionnels de santé », la loi ouvre ainsi aux hôpitaux volontaires la possibilité de se regrouper en Communautés Hospitalières de Territoires (CHT) pour porter un projet médical commun. Ces collaborations doivent permettre aux établissements de mutualiser des ressources matérielles ou des compétences de médecins, de soignants, ou d’améliorer leur articulation dans la réponse aux besoins de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”