Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Conseil de surveillance installé : André Rossinot, maire de Nancy, élu président

La loi HPST est désormais effective au CHU de Nancy puisque la 1re réunion du conseil de surveillance a eu lieu ce 21 juin 2010. Les 15 membres le composant ont participé à l'élection de son président en la personne du maire de Nancy, André Rossinot. Lui-même a désigné comme vice-président, Jean-Pierre Finance, également président de l'Université Henri Poincaré de Nancy et président du pôle de recherche et d'enseignement supérieur (Pres) à l'Université de Lorraine.

La loi HPST est désormais effective au CHU de Nancy puisque la 1re réunion du conseil de surveillance a eu lieu ce 21 juin 2010. Les 15 membres le composant ont participé à l’élection de son président en la personne du maire de Nancy, André Rossinot. Lui-même a désigné comme vice-président, Jean-Pierre Finance, également président de l’Université Henri Poincaré de Nancy et président du pôle de recherche et d’enseignement supérieur (Pres) à l’Université de Lorraine.

L’occasion pour Philippe Vigouroux, directeur général et président du directoire du CHU, de faire connaître la composition de cette autre nouvelle instance et en particulier ses trois vice-présidents : le professeur Jean-Luc Schmutz, 1er vice-président et, par ailleurs, président de la Commission Médicale d’Etablissement, le professeur Henry Coudane, par ailleurs doyen de la Faculté de Médecine de Nancy et enfin, le professeur Pierre-Yves Marie, vice-président en charge de la Recherche et président de la délégation à la recherche clinique et à l’innovation. «Cette nouvelle gouvernance marque une clarification des étages décisionnels du secteur hospitalier » pour le président du conseil de surveillance qui s’est félicité « du respect des délais de rapidité entre le vote de la loi HPST et son application.»

En écho, le vice-président a souligné que «cette évolution forte va rassembler au plus près le CHU et l’ensemble du dispositif universitaire lorrain posant ainsi les jalons d’un vrai «Campus Santé à l’échelle européenne». Pour le président du directoire «c’est une stimulation pour la poursuite des nombreux chantiers engagés au CHU de Nancy depuis la mi-2008 à travers une gouvernance plus resserrée et donc plus réactive.» Actuellement le CHU de Nancy est engagé dans un programme de regroupement de ses sites qui devrait aboutir d’ici l’automne, une réorganisation du service des urgences, le développement des soins en ambulatoire ainsi que l’amélioration des relations avec les médecins de ville. L’installation de ces nouvelles instances a servi de cadre pour la présentation du nouveau logo du CHU de Nancy. Directement inspiré du logo retenu par les votes des personnels suite au lancement d’un concours interne, il sera décliné progressivement sur tous les supports de l’établissement d’ici à la fin de l’année.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.