Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Consultations transculturelles pour populations déracinées

Claire Mestre, médecin spécialistes en anthropologie et en psychiatrie, responsable de la consultation transculturelle au CHU de Bordeaux vient d'organiser avec le Dr Marie Rose Moro, le colloque «Voyages, migrations, errances » à Bordeaux. Autour de ce duo féminin, cliniciens, anthropologues, professionnels de terrain, artistes ont appréhendé les différentes formes de voyages et évoqué des solutions pour mieux soigner les populations déracinées. Choisis ou imposés, les déplacements laissent des séquelles. L'absence de repères, les regrets des exilés, les pertes de l'entourage affectif et culturel sont à l'origine de pathologies qu'il faut apprendre à traiter de manière adaptée. La consultation transculturelle apporte une réponse experte aux personnes migrantes en souffrance...

Claire Mestre, médecin spécialistes en anthropologie et en psychiatrie, responsable de la consultation transculturelle au CHU de Bordeaux vient d’organiser avec le Dr Marie Rose Moro, le colloque «Voyages, migrations, errances » à Bordeaux. Autour de ce duo féminin, cliniciens, anthropologues, professionnels de terrain, artistes ont appréhendé les différentes formes de voyages et évoqué des solutions pour mieux soigner les populations déracinées. Choisis ou imposés, les déplacements laissent des séquelles. L’absence de repères, les regrets des exilés, les pertes de l’entourage affectif et culturel sont à l’origine de pathologies qu’il faut apprendre à traiter de manière adaptée. La consultation transculturelle apporte une réponse experte aux personnes migrantes en souffrance…

Les consultations transculturelles
Le CHU de Bordeaux a ouvert en 1998 une consultation transculturelle. Elle accueille les patient(e)s qui ne sont pas toujours en situation officielle et qui nécessitent une prise en charge importante. Du fait de leur situation ou de leur approche culturelle diverses par rapport à la place des femmes, à la grossesse et à la maternité… les migrants souffrent de pathologies psychologiques, sociales ou médicales (MST, sida). S’ajoutent des problèmes de sécurité publique : prostitution, logement inadapté, absence de revenus, instabilité géographique et familiale, absence d’intégration sociale.

Pour prendre en charge ces problématiques particulières, les personnels soignants doivent s’adapter. Les consultations transculturelles apportent une valeur ajoutée aux soins :
– elles contribuent à la sociabilisation des personnes posant un problème de sécurité intérieure,
– à leur suivi sanitaire…

Au premier abord budgétivores, ces consultations coûtent, à terme, moins cher à la collectivité, car elles préviennent les risques de grossesse mal suivie, d’accouchements clandestins, de femmes et d’enfants maltraités, de maladies pas soignées…

Activité de la consultation transculturelle du CHU en 2004
140 patients et près de 700 consultations pour l’année 2004

Une médecine au service de l’Autre
Les mouvements de population qui conduisent vers les pays industrialisés un nombre important de migrants posent aux cliniciens des problèmes divers d’adaptation des dispositifs thérapeutiques. Ceux-ci visent à améliorer la prise en charge de patients qui souffrent de difficultés psychiques, liées à la fois à la migration, aux conditions où elle s’est effectuée, aux contraintes qu’impliquent l’acculturation et l’intégration à de nouvelles cultures…
L’exigence clinique conduit à la mise en oeuvre de techniques nouvelles, ouvertes sur des métissages théoriques, une meilleure connaissance de la culture d’origine des patients migrants, de leurs formulations étiologiques (quel sens donnent t-ils aux désordres qui les habitent ?), de leurs techniques traditionnelles…Ainsi s’imposent de nouvelles perspectives pour la pratique psychiatrique, de nouvelles conceptualisations de la santé psychique, et le développement d’une réflexion théorique sur la psychanalyse.

Voyages, migrations, errances – Renseignements
Claire Mestre, association Mana, 91 cours d’Albret, 33 000 Bordeaux – Tél : 05 56 79 58 29 – href= »mailto:claire.mestre@chu-bordeaux.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.