Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Besançon : la sécurité, un partenariat hôpital-police-justice

Mardi 11 juillet 2017, le Préfet du Doubs, la Procureure de la République de Besançon, le Directeur Départemental de la Sécurité Publique du Doubs et la Directrice Générale du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon ont signé une convention locale de coopération de sécurité hôpital-police-justice.

Mardi 11 juillet 2017, le Préfet du Doubs, la Procureure de la République de Besançon, le Directeur Départemental de la Sécurité Publique du Doubs et la Directrice Générale du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon ont signé une convention locale de coopération de sécurité hôpital-police-justice.
Cette convention a pour objectifs d’améliorer la sécurité au sein et aux abords du CHU de Besançon et de renforcer la coopération entre l’hôpital et les services de l’État chargés de la prévention de la violence et du traitement de la délinquance. Elle s’inscrit dans le protocole national du 10 juin 2010 qui tend à garantir aux professionnels de santé des conditions de travail sécurisées et à optimiser la collaboration entre les différents services.
La convention locale de coopération de sécurité hôpital-police-justice vise à :
– Renforcer les dispositifs de sécurité des personnes au sein du CHU ;
– Actualiser les protocoles d’intervention des forces de sécurité au sein de l’établissement en cas de recours ;
– Adapter la réponse juridique proposée à chaque situation de violence ou de dégradation particulière, graduer les modes de recours aux forces de police et aux services de de la justice ;
– Garantir une meilleure information et sensibilisation des personnels hospitaliers à la prévention et la gestion des conflits ;
– Produire un diagnostic des situations à risques et des dispositifs de prévention notamment dans les services les plus exposés à des risques d’incivilité et de violences ;
– Faciliter le dialogue entre professionnels de santé, de la police et de la justice pour améliorer l’efficience et la rapidité de la réponse apportée aux demandes des uns et des autres ;
– Optimiser les procédures internes au CHU dans le cadre des dépôts de plainte pour ne pas surcharger les services de la police nationale.
Les événements graves qui ont frappé la France depuis 2015 ont eu un fort retentissement dans le fonctionnement des services de l’Etat et du CHU, avec la nécessité de revoir et renforcer les dispositifs de coopération, afin d’être plus opérationnels en termes de prévention, sécurité et sûreté. L’élaboration de cette convention, fruit d’un réel travail de concertation et de collaboration entre les différents services, en est la concrète illustration.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.