Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

COVID-19 : création d’une indemnité exceptionnelle pour les étudiants infirmiers mobilisés

Olivier Véran et Frédérique Vidal mettent en place une indemnité exceptionnelle pour les étudiants en soins infirmiers mobilisés pendant leurs stages dans la lutte contre la covid-19. Le gouvernement mobilise ainsi 20 millions d’euros dans le cadre du projet de loi de finances de la sécurité sociale rectificatif 2020 pour la mise en place de cette indemnité.

Olivier Véran et Frédérique Vidal mettent en place une indemnité exceptionnelle pour les étudiants en soins infirmiers mobilisés pendant leurs stages dans la lutte contre la covid-19. Le gouvernement mobilise ainsi 20 millions d’euros dans le cadre du projet de loi de finances de la sécurité sociale rectificatif 2020 pour la mise en place de cette indemnité.
Lors du Ségur de la santé, Olivier Véran s’était engagé avec les principales organisations représentatives des étudiants paramédicaux à une revalorisation des indemnités de stage des étudiants en soins infirmiers, en masso-kinésithérapie, manipulateurs en électroradiologie médicale et ergothérapie, à hauteur de 20% au 1er janvier 2021.

136.5 euros par semaine de mobilisation

En complément de la revalorisation des indemnités de stage qui interviendra au 1er janvier 2021, le gouvernement crée une indemnité exceptionnelle de stage supplémentaire destinée aux étudiants en soins infirmiers de 2ème et 3ème années mobilisés en renfort dans les établissements de santé et médico-sociaux pour lutter contre l’épidémie. Ce complément se traduit par la majoration exceptionnelle des indemnités de stage durant la période de l’état d’urgence sanitaire permettant de parvenir à un montant de 136.5 euros/semaine de mobilisation. Les étudiants concernés percevront cette indemnité exceptionnelle avant la fin de l’année.
Par cette mesure mise en place dès maintenant par les agences régionales de santé, le gouvernement souhaite soutenir tout particulièrement les étudiants en soins infirmiers fortement impliqués durant leurs stages auprès des soignants et des patients.

Un engagement reconnu et valorisé

« Notre système de santé fait à nouveau face à une pression épidémique exceptionnelle qui nécessite la mobilisation de toutes ses forces, a déclaré Olivier Véran, dans le communiqué publié ce mardi 10 novembre. Le rôle que jouent les étudiants en soins infirmiers dans la prise en charge des patients par nos établissements de santé est précieux, qu’il s’agisse de patients Covid-19 ou souffrant d’autres pathologies. Leur engagement dans cette période difficile devait être reconnu et valorisé. C’est le choix que nous faisons. »
L’arrêté relatif à cette indemnisation exceptionnelle a été publié ce jour, cumulable avec l’indemnité de stage des étudiants en soins infirmiers définissant un montant hebdomadaire de 98.5 euros en 2ème année et 86.5 euros en 3ème année de formation.

Ainsi les étudiants en soins infirmiers intervenant en renfort sur des missions d’aide-soignant pendant leur formation, seront rémunérés à hauteur de 136,5 euros par semaine de mobilisation (soit environ 550 euros si la mobilisation est d’une durée d’un mois) ce qui représente un engagement substantiel du gouvernement pour reconnaitre l’engagement des étudiants infirmiers dans la gestion de la crise épidémique.

Un vadémécum sur la mobilisation des professionnels de santé

Le ministre des solidarités et de la santé tient à rappeler qu’un vadémécum spécifique sur la mobilisation des professionnels de santé et des étudiants en santé a été diffusé aux agences régionales de santé ainsi qu’aux établissements de santé et médico-sociaux. Les agences régionales de santé sont chargées de structurer la mobilisation sur leurs territoires en lien étroit avec les établissements bénéficiaires, les responsables académiques des formations et les représentants des étudiants en santé en veillant à maintenir autant que possible les périodes de formation des étudiants en santé.

« La mobilisation, qui se veut provisoire, des étudiants en soins infirmiers qui ne comptent pas leurs heures ni leur dévouement en cette période de crise sanitaire est exceptionnelle. Je tiens à les en remercier sincèrement. Ils sont la preuve d’une solidarité à toute épreuve, et cette indemnité exceptionnelle est une façon de leur montrer que le gouvernement est à leur écoute et à leurs côtés en ce contexte si particulier», a souligné Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.