Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dispositifs médicaux : l’excellence française portée par les CHU

De la bioprothèse utilisée en 1969 par le Pr Alain Carpentier de l'AP-HP pour remplacer la valve mitrale au gammaknife perfection mis au point en 2006 par les Pr Jean Régis et Jean-Claude Péragut de l'AP-HM en passant par la stimulation sous-thalamique effectuée par les Prs Pierre Pollack et Alim-Louis Benabid du CHU de Grenoble dans le traitement de la maladie de Parkinson, les hôpitaux universitaires ont, depuis leur création en 1958, signé 16 premières mondiales dans le domaine des dispositifs médicaux. Ces nouveaux outils thérapeutiques ont largement contribué à une meilleure connaissance des maladies chroniques, à la diminution des taux de mortalité et à la réduction des dépenses de santé (via notamment la baisse des durées et des coûts d'hospitalisation).

De la bioprothèse utilisée en 1969 par le Pr Alain Carpentier de l’AP-HP pour remplacer la valve mitrale au gammaknife perfection mis au point en 2006 par les Pr Jean Régis et Jean-Claude Péragut de l’AP-HM en passant par la stimulation sous-thalamique effectuée par les Prs Pierre Pollack et Alim-Louis Benabid du CHU de Grenoble dans le traitement de la maladie de Parkinson, les hôpitaux universitaires ont, depuis leur création en 1958, signé 16 premières mondiales dans le domaine des dispositifs médicaux. Ces nouveaux outils thérapeutiques ont largement contribué à une meilleure connaissance des maladies chroniques, à la diminution des taux de mortalité et à la réduction des dépenses de santé (via notamment la baisse des durées et des coûts d’hospitalisation).

Mais, le rôle des CHU ne s’arrête pas là, principaux donneurs d’ordres, leurs consommations de dispositifs médicaux dopent un marché porteur qui croît de 10% par an. Ces enseignements sont extraits du livre « le Dispositif médical », du pansement aux nanotechnologies qui recèle bien d’autres informations très précises sur la diversité et les enjeux de ces techniques de soutien au diagnostic et au traitement.

Mais que recoupe au juste le terme de dispositif médical ? Un « Que sais-je » s’imposait pour présenter ces produits omniprésents à l’hôpital mais aussi dans notre vie quotidienne. Car qui l’eut cru ? le préservatif, le thermomètre, le fauteuil roulant, la seringue, la prothèse dentaire mais aussi le pace maker et toutes les applications de la télé-médecine relèvent d’une même famille étonnamment vaste, celle des dispositifs médicaux– DM pour les initiés.

Pour raconter « l’histoire de cet univers fascinant qui s’écrit au lit du malade » deux narrateurs ont pris la plume : Antoine Audry et Jean-Claude Ghislain, tous deux pharmaciens. Le premier est directeur des affaires publique et réglementaires chez Medtronic France et le second, directeur de l’évaluation des dispositifs médicaux au sein de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS). Ils répondent aux questions de RESEAU CHU…

En matière de dispositifs médicaux, les CHU sont porteurs d’une réelle dynamique contribuant au rayonnement de la France dans ce domaine. Pourriez-vous définir le rôle aujourd’hui par les CHU et la manière dont ils influenceront demain ce secteur d’activité ?

>Les CHU sont en effet moteurs dans le développement de solutions thérapeutiques et diagnostiques associant des dispositifs médicaux. Les récentes publications dans la cadre des 50 ans des CHU en témoignent ; nombre de progrès médicaux qui ont eu depuis une diffusion mondiale ont été initiés, conçus et développés en collaboration avec les équipes médicales des CHU.
Il est clair que le dynamisme des équipes hospitalières, l’engagement de la France au travers de programmes tels que par exemple la création récente des instituts hospitalo-universitaires (IHU), sont de nature à apporter un réelle influence des CHU dans le domaine des dispositifs médicauc et à contribuer au rayonnement de la France au plan international.
Restera à poursuivre le développement de ces innovations pour les faire entrer dans le périmètre des normes de soins «standard of care».

Quels sont les facteurs qui pourraient améliorer encore ce classement, au niveau de la recherche et du développement, au niveau de la production et de la vente ?
>La mise en oeuvre de la directive 2007/47 au printemps prochain va accroître le volume des essais cliniques avant mise sur le marché mais aussi les études post-marquage CE. La France a été moteur des travaux préparatoires à cette révision des directives de mise sur le marché des dispositifs médicaux et le savoir-faire reconnu des équipes cliniques françaises sera de plus en plus sollicité.
D’autre part, l’intensification des soutiens à la recherche et à l’innovation serait un autre facteur déterminant. Un autre point important pour la lisibilité de la France en termes de dispositifs médicaux réside dans la capacité à admettre et favoriser la diffusion des innovations. De fait, si l’article 51 de la loi de finance de la sécurité sociale pour 2009 marque une étape importante, il reste encore des points à améliorer pour que le plus grand nombre de patients bénéficie pleinement des recherches menées dans les CHU.

Comment l’administration centrale peut-elle aider les CHU à renforcer leur rôle de créateur d’innovations dans ce domaine ?

>D’une façon générale ce sont toutes les institutions et organismes qui oeuvrent autour du dispositif médical et de l’hôpital qui ont un rôle important s’ils intègrent dans leur politique l’innovation pour la promouvoir ou au moins éviter de l’entraver.

Quels sont –selon vous – à court et moyen termes vous les domaines médicaux et chirurgicaux les plus porteurs d’innovation en matière de dispositifs médicaux ?

>Les prochaines années seront marquées par plusieurs grandes tendances parmi lesquelles il est possible d’identifier :
– la progression des technologies convergentes associant les dispositifs médicaux et d’autres technologies (information, médicament, …) ; dans ce domaine, la télémédecine et l’implication des technologies dans le maintien / prise en charge à domicile des patients chroniques est d’ores et déjà en marche
– le développement des capteurs susceptibles de mesurer en temps réel et de manière permanente différentes constantes biologiques ouvrant ainsi la voie à de nombreuses options de suivi et de prise en charge nouvelles.

Bien entendu, ces deux axes sont loin d’être exhaustifs tant le dynamisme et le champ de développement de ce secteur sont importants. C’est ainsi que l’on pourrait s’intéresser aux nouvelles voies qu’ouvriront les solutions de robotisation, l’implication des dispositifs médicaux dans le suivi de l’observance des patients et/ou dans une aide au management de leur pathologie.

En bref, la richesse de ce secteur est qu’il est en mesure d’apporter nombre de solutions aux défis que les systèmes de santé rencontrent.

Le Dispositif Médical
Antoine Audry et Jean-Claude Ghislain
Que sais-je – Presses Universitaires de France
N°3858 – 1ère édition 2009 – 128 pages – 9 euros
ISBN 978-2-13-057393-7

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”