Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Douleurs lombaires chroniques : un neurostimulateur doté d’IA utilisé à Poitiers

Crédit Photo : CHU de Poitiers
Pour la première fois en France, un neurostimulateur doté d’intelligence artificielle a été implanté au CHU de Poitiers. Une innovation qui promet d’améliorer le quotidien des patients souffrant de douleurs lombaires chroniques réfractaires.

Une première nationale. Le 24 janvier dernier au CHU de Poitiers, l’équipe du Pr Philippe Rigoard, neurochirurgien et responsable du service de neurochirurgie du rachis, chirurgie de la douleur et du handicap, a implanté sur un patient un nouveau type de neurostimulateur médullaire, dit en « boucle fermée ». Appelé Inceptiv, ce dispositif est capable de mesurer 3 millions de fois par jour l’activité du système nerveux et de s’en servir pour optimiser et personnaliser le traitement automatiquement, en temps réel, au plus proche des besoins du patient.

Inceptiv enregistre la réponse du système nerveux à la stimulation de la moelle épinière. Photo : CHU de Poitiers

L’intervention, qui a duré près d’une heure et demie, a été réalisée sous anesthésie éveillée pour que des échanges avec le patient permettent de positionner précisément l’électrode (qui ressemble à un pacemaker) au bon endroit sur la moelle épinière. Aux côtés du neurochirurgien et de l’équipe d’anesthésie, est par ailleurs intervenu un hypnothérapeute. 

12 millions de personnes souffrent de douleurs chroniques 

Près de 12 millions de personnes en France souffrent de douleurs chroniques, des douleurs qui altèrent considérablement leur qualité de vie. La neurostimulation médullaire, développée en France dans les années 80 et pratiquée au CHU de Poitiers depuis les années 2000, permet de brouiller les messages douloureux avant qu’ils n’arrivent au cerveau. En d’autres termes, elle permet d’atténuer la douleur.

Nous sommes, aujourd’hui, dans un changement de paradigme qui nous amène à reconsidérer des thérapeutiques beaucoup moins invasives plutôt que de procéder à une chirurgie du dos.

Crédit Photo : CHU de Poitiers

« Si un patient souffre de douleurs chroniques lombaires isolées (c’est-à-dire sans sciatique associée), le but de notre prise en charge doit être de tout mettre en œuvre pour éviter une opération de la colonne vertébrale. En effet, les études ont révélé que la chirurgie rachidienne n’a pas démontré sa supériorité par rapport à une rééducation bien conduite », explique le Pr Rigoard. Et d’ajouter :  « Nous sommes, aujourd’hui, dans un changement de paradigme qui nous amène à reconsidérer des thérapeutiques beaucoup moins invasives plutôt que de procéder à une chirurgie du dos. Parmi les patients ayant subi ces opérations, près de 40 % gardent ou développent des douleurs chroniques lombaires réfractaires. Malheureusement, trop souvent encore, nous ne voyons ces patients qu’en bout de course, de nombreuses années après l’apparition des douleurs, pour discuter des techniques de stimulation médullaire, considérées à tort comme des techniques de dernier recours. Plusieurs milliers de neurostimulateurs médullaires ont été posés en France l’année dernière et la majorité de ces patients […] témoignent de l’amélioration de leur quotidien apportée par ces dispositifs ».

Crédit Photo : CHU de Poitiers

A noter que Inceptiv reste le tout premier stimulateur médullaire en France compatible avec les IRM 3 Tesla, ouvrant des possibilités étendues d’imagerie diagnostique pour les patients. 

La rédaction avec le CHU de Poitiers 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.

Réanimation

Le déficit des CHU triple en un an et atteint un record “catastrophique”

Hier, les représentants des trois Conférences CHU ont alerté sur le niveau de déficit historique cumulé par les 32 CHU français en 2023, soit 1,2 milliards d’euros. Une situation financière considérée comme la plus grave depuis la création des CHU en 1958. Directeurs, doyens et médecins réclament des “mesures d’urgence.”