Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Education thérapeutique et recherche en psychothérapie pour mieux accompagner le malade chronique

Un patient formé aux risques de complication de sa maladie chronique et prenant en compte les contraintes de son traitement dans son projet de vie est un patient avisé, qui a bénéficié d’une action d’éducation thérapeutique. Au CHR de Metz-Thionville, très impliqué dans cette activité, 20 programmes ont été élaborés principalement dédiés au diabète, à l’asthme, à l’hémophilie, à l’insuffisance rénale ou cardiaque.... Désormais, la psychologie clinique

Un patient formé aux risques de complication de sa maladie chronique et prenant en compte les contraintes de son traitement dans son projet de vie est un patient avisé, qui a bénéficié d’une action d’éducation thérapeutique. Au CHR de Metz-Thionville, très impliqué dans cette activité, 20 programmes ont été élaborés principalement dédiés au diabète, à l’asthme, à l’hémophilie, à l’insuffisance rénale ou cardiaque…. Désormais, la psychologie clinique qui désigne la compréhension de la santé et de la maladie à partir de savoirs psychologiques et sociaux enrichit l’approche biologique et aideà mieux connaître les facteurs  intervenant dans le maintien de la bonne santé ou le déclenchement et l’évolution des maladies.
Cette nouvelle discipline fait l’objet d’une coopération de partenariat et de recherche entre le CHR et l’Université de Lorraine signée le 25 mars 2013. L’enjeu : aider le patient à trouver en lui ou dans son entourage les ressources pour mieux affronter la maladie et adopter des comportements préventifs.
L’objectif de cette coopération est d’instituer un programme de recherche pour l’ensemble des programmes d’éducation thérapeutique des maladies chroniques qui passera par l’accueil d’étudiants de Master 1, Master 2 recherche ou de doctorat au sein du CHR Metz-Thionville. Précurseur, le CHR a dès 2009 coordonné l’éducation thérapeutique avec pour ambition de développer et d’aider les équipes à mettre en place des programmes d’éducation thérapeutique, à les évaluer et à approfondir ce processus par des travaux scientifiques.

Depuis plus de 10 ans, le laboratoire APEMAC (Approches Psychologiques et Epidémiologiques des Maladies Chroniques) – EPSaM (Equipe de Psychologie de la Santé de Metz), dirigé par le professeur Guillemin et représenté par le professeur Tarquinio travaille étroitement avec le service d’endocrinologie-diabétologie-nutrition du docteur Cuny, chef de service et chef de pôle au CHR Metz-Thionvillle. Les études mises en commun ont déjà permis la soutenance de 6 doctorats de psychologie, de 10 mémoires de Masters 2 et 13 mémoires de Masters 1.

La politique commune avec l’Université de Lorraine s’inscrit dans le cadre de la convention hospitalo-universitaire signée en septembre 2011 entre le CHR Metz-Thionville, le CHU de Nancy et l’Université de Lorraine et répond également à l’objectif de la Communauté Hospitalière de Territoire constituée entre le CHU de Nancy et le CHR Metz-Thionville de développer la recherche en Lorraine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.