Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Avec un excédent de 8 M€ en 2017, Lyon choisit d’investir dans le soutien à ses équipes

Les Hospices Civils de Lyon affichent de bons résultats financiers, 7,6 M€ d’excédent en 2017 sur un budget de 1,8 Milliard d’euros soit une augmentation de 11M€ par rapport à 2016 (-3,4 M€). Ce bénéfice, résultat de plus de 10 ans de redressement financier, financera des mesures en faveur des personnels et des patients… Avec les encouragements de MOODY’S !

Les Hospices Civils de Lyon affichent de bons résultats financiers, 7,6 M€ d’excédent en 2017 sur un budget de 1,8 Milliard d’euros soit une augmentation de 11M€ par rapport à 2016 (-3,4 M€). Ce bénéfice, résultat de plus de 10 ans de redressement financier, financera des mesures en faveur des personnels et des patients… Avec les encouragements de MOODY’S !
Amélioration des conditions de travail et de prise en charge des patients.
Une priorité : pallier l’absentéisme dans les services par des crédits supplémentaires de 1 M€
Premiers bénéficiaires, les services de soins et médicotechniques afin de renforcer le remplacement des personnels absents, avec un élargissement des rémunérations en heures supplémentaires en cas de retour sur leurs repos.

Une enveloppe de 3,25 M€, est aussi affectée à la réalisation d’investissements rapidement visibles comme le remplacement de certains petits matériels et équipements et le lancement de travaux d’amélioration dans les services.
Soutien majoré de 2 M€ au dynamisme médical
Pour 2018,  2M€ supplémentaires seront affectés à la réalisation de projets qui vont directement profiter aux patients – soit 7M€ au total -comme l’extension de l’ouverture des urgences de la Croix Rousse en H24 , la création d’une offre de chirurgie ambulatoire en urologie à la Croix Rousse,  l’extension capacitaire de deux services de neurologie de l’hôpital P. Wertheimer  ou encore, le renfort des prises en charge des AVC à l’hôpital P. Wertheimer, le développement de l’activité de chirurgie vasculaire aux hôpitaux L. Pradel et E. Herriot, l’extension du service de cardiologie du CHLS 4.

Une augmentation de 200 000 € des crédits d’intéressement alloués aux pôles d’activité médicale 6 soit 600 000€ au total.
Une enveloppe de 450 000 € sera allouée aux meilleurs projets de recherche sélectionnés dans le cadre de l’ « appel d’offres jeunes chercheurs ». En complément, une aide financière à la prise en charge des frais de publication dans des revues de rang A est également prévue.
Un accès plus large aux médicaments onéreux pour les patients
Le financement des médicaments et molécules innovants est augmenté de 100 000 €, soit une augmentation de 25%.

Les résultats qui permettent aussi de poursuivre la dynamique d’investissement 137 M€ par an en moyenne durant 5 ans contre 117 ME en 2017
Les marges de manœuvre dégagées par l’amélioration de la situation financière de l’établissement permettent également de conforter sa politique d’investissement. Le nouveau PGFP (plan global de financement pluriannuel) 2018 – 2027 en est le reflet. Certaines opérations déjà lancées sont confirmées telles  la poursuite de la modernisation de l’hôpital E. Herriot, le transfert de l’hôpital Henry Gabrielle sur le site de l’hôpital d’instruction des Armées Desgenettes, la rénovation des blocs, urgences, réanimations du centre hospitalier Lyon Sud – projet BAUREALS,  les opérations d’aménagement liées à l’arrivée du métro au centre hospitalier Lyon Sud et à la reconfiguration urbaine du site (projet « Vallon des Hôpitaux »). De nouveaux projets d’envergure seront engagés tels  l’extension de la maternité de la Croix Rousse et la rénovation de la néonatologie, la construction d’un deuxième site de radiothérapie localisé au groupement hospitalier Est

Georges KEPENEKIAN, Maire de Lyon et Président du Conseil de Surveillance des Hospices Civils de Lyon a tenu à saluer ces résultats et les efforts des personnels : « Les bons résultats de 2017 constituent une belle reconnaissance des efforts de toute la communauté des HCL qui peut être fière du chemin parcouru. Une modernisation d’une telle ampleur illustre la capacité de notre CHU à innover et à s’adapter à un contexte en pleine mutation. C’est évidemment le fruit d’un travail au long cours, d’une œuvre collective, d’un engagement total des femmes et des hommes mobilisés pour faire vivre au quotidien les valeurs de solidarité, d’égalité et d’humanité qui sont au cœur de l’hôpital public, valeurs qui nous rassemblent et guident notre action. Et dans le contexte actuel, il est à mon sens essentiel de redonner du sens à cette action, tout comme il est extrêmement important de restituer une partie des bons résultats aux hospitaliers pour améliorer leurs conditions de travail au quotidien.»
Les indicateurs financiers des Hospices Civils de Lyon à fin 2017 
Le compte de résultat principal affiche un excédent comptable de 7,6 M€ sur un budget de 1,803 Milliard d’euros (soit 0,4% des produits). En 2016, les HCL avaient déjà atteint un quasi-équilibre comptable avec un résultat déficitaire de 3,4 M€.  Le compte de résultat consolidé* dégage un excédent tous budgets confondus de plus de 43 M€ intégrant des cessions d’actifs pour un montant de près de 29,5 M€, lié en grande partie à une opération exceptionnelle (cession des anciennes blanchisseries).  La marge brute d’exploitation est en progression de +3% par rapport à 2016 et atteint un taux de 6,54% (hors aides) sur le budget principal, en ligne avec les objectifs du contrat de retour à l’équilibre financier signé par les HCL avec l’Agence régionale de santé.
 La capacité d’autofinancement représente plus de 101 M€, soit 5,4% des produits consolidés. Elle couvre le remboursement du capital de la dette : après remboursement, l’autofinancement net s’élève à 55 M€ (en hausse de +18% /2016) et couvre l’intégralité du besoin de financement des investissements courants réalisés sur l’exercice.  La politique d’investissement est très soutenue : 117 M€ d’investissements ont été réalisés en 2017, en hausse de 4% par rapport à 2016.
L’effort d’investissement des HCL représente 6,2% des produits consolidés dont 60% pour des opérations majeures (construction immobilière, équipements biomédicaux lourds, système d’information) et 40% pour des opérations courantes (travaux courants et renouvellement des équipements).  Le désendettement se poursuit : le capital restant dû de la dette s’élève à 840 M€ et représente 44% des produits consolidés, en baisse de 1 point par rapport à 2016 (45%). La durée apparente de la dette reste en deçà du seuil réglementaire de 10 années de CAF pour la 3ème année consécutive et poursuit sa trajectoire de réduction pour s’établir à 8,3 années en 2017 au lieu de 9 en 2016. 
La trésorerie des HCL est sécurisée, permettant à l’établissement de disposer de liquidités suffisantes pour couvrir son besoin en fonds de roulement et de se financer aux meilleures conditions du marché.
Des résultats salués par l’agence de notation financière MOODY’S
Le 24 novembre 2017, l’agence de notation financière MOODY’S avait attribué aux HCL la note « A1/Prime 1 » d’émetteur avec « perspective stable », soulignant que « la qualité de crédit des HCL repose également sur la poursuite attendue de l’amélioration des équilibres financiers et une bonne gestion financière, axée sur l’efficience ». A ce titre, l’agence considère que la confirmation de la poursuite de l’amélioration des équilibres financiers des HCL constitue un facteur susceptible de conduire à un relèvement de la notation.

 
XXXXX
Evolution du résultat depuis 2008
Le compte de résultat consolidé* dégage un excédent tous budgets confondus de plus de 43 M€ intégrant des cessions d’actifs pour un montant de près de 29,5 M€, lié en grande partie à une opération exceptionnelle (cession des anciennes blanchisseries).  La marge brute d’exploitation est en progression de +3% par rapport à 2016 et atteint un taux de 6,54% (hors aides) sur le budget principal, en ligne avec les objectifs du contrat de retour à l’équilibre financier signé par les HCL avec l’Agence régionale de santé.
 
*Le budget principal concerne l’activité hospitalière. Le budget consolidé comprend, en sus, les activités dites «annexes» : écoles de formation, établissements pour personnes âgées dépendantes, unités de soins de longue durée et gestion du patrimoine immobilier.
Sur le même sujet
Comptes certifiés et en « quasi équilibre » à Lyon après 8 ans d’effort
Les Hospices civils de Lyon proches de l’équilibre budgétaire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.