Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Equipement de pointe : une gamma caméra CZT en Médecine nucléaire

Dans le cadre de sa politique d’amélioration continue de la qualité, le CHRU de Besançon équipe le service de Médecine nucléaire d’une gamma caméra de toute dernière génération, spécialement dédiée à la cardiologie.

Dans le cadre de sa politique d’amélioration continue de la qualité, le CHRU de Besançon équipe le service de Médecine nucléaire d’une gamma caméra de toute dernière génération, spécialement dédiée à la cardiologie.
La scintigraphie myocardique permet, grâce à l’injection d’un radiotraceur, de visualiser la perfusion du muscle cardiaque à l’effort et au repos pour identifier les zones de souffrance myocardique, d’étudier la fonction ventriculaire gauche et droite pour la stratification du risque en rythmologie, et l’étude de la toxicité myocardique post-chimiothérapie, la prise de décision thérapeutique et le suivi des patients.

En 2010, le service de Médecine nucléaire a réalisé 1 780 scintigraphies myocardiques.

La caméra Alcyone CZT (tellurure de cadmium et zinc) est une caméra à semi-conducteurs qui se substitue à la gamma-caméra conventionnelle et dont l’utilisation est démontrée pour l’exploration scintigraphique cardiaque. Elle permet une scintigraphie plus rapide, plus confortable et moins irradiante pour un diagnostic plus sûr :
– l’examen est en effet 3 fois plus rapide et 6 à 8 fois plus sensible qu’une gamma-caméra conventionnelle. La durée d’examen est réduite à 5 minutes ; une exploration complète de la perfusion myocardique à l’effort et au repos est réalisée en moins de 2 heures.
– le positionnement et le confort des patients sont grandement améliorés.
Du fait de la meilleure sensibilité de détection, les activités de radiotraceurs injectées aux patients peuvent être diminuées.
– les performances diagnostiques sont nettement supérieures : amélioration de la qualité des images, meilleure détection des territoires pathologiques peu étendus, diminution du nombre d’examens équivoques.
La caméra Alcyone CZT offre ainsi  plus de disponibilité pour répondre à la demande des cardiologues et permet d’accueillir un nombre plus important de patients programmés  et en urgence.  Elle favorise une meilleure prise en charge clinique des pathologies cardiaques et permet de diminuer le recours à des examens invasifs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.