Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hacking Health de Besançon : réussite au-delà des objectifs

C’était un pari, il est pleinement réussi. Durant un week-end complet, du 13 au 15 octobre 2017, plus de 200 participants se sont réunis à l’hôpital Saint-Jacques pour trouver des solutions concrètes aux problèmes rencontrés par des professionnels de santé ou des patients : sur 18 problématiques posées, 14 solutions viables et prometteuses ont été élaborées : le marathon d’innovation ouverte en santé est un vrai succès ! Et sur les 4 projets portés par des équipes du CHU, 3 sont primés. Présentation des futures success stories...

C’était un pari, il est pleinement réussi. Durant un week-end complet, du 13 au 15 octobre, plus de 200 participants se sont réunis à l’hôpital Saint-Jacques pour trouver des solutions concrètes aux problèmes rencontrés par des professionnels de santé ou des patients : sur 18 problématiques posées, 14 solutions viables et prometteuses ont été élaborées : le marathon d’innovation ouverte en santé est un vrai succès ! Et sur les 4 projets portés par des équipes du CHU de Besançon, 3 sont primés. Présentation des futures success stories...

Prix du projet le plus prometteur et prix One Fit 

  • Augmented Patient Setup : système permettant le repositionnement à l’identique des patients au fil des séances de radiothérapie, porté par Florent Tochet et avec Biotika.

Prix de la CPAM

  • Gluci-Miam : application permettant au patient d’évaluer de façon simple et rapide les quantités de glucides dans son alimentation et intégrant un calculateur de dose d’insuline.

Prix Numérica

  • Onlineformapro CYBeLE : nouvel outil pédagogique automatisé facilitant l’apprentissage, le maintien et le perfectionnement des connaissances.

Le CHU et plus particulièrement son centre d’investigation clinique (Inserm CIC 1431) a quant à lui décerné son prix à l’un des projets conduits par l’Etablissement français du sang, qui vise à automatiser la manipulation et l’évaluation visuelle des produits issus des dons de sang.

Au total, 9 projets seront soutenus, soit financièrement, soit par la mise à disposition de compétences. La plupart des solutions imaginées sont susceptibles de déboucher sur un nouveau produit et/ou sur la création d’une startup. Au-delà, cet événement a généré un foisonnement de rencontres prometteuses…

Le Hacking Health de Besançon, le cinquième en France, est fondateur d’une nouvelle façon très ouverte d’innover, qui correspond bien à l’esprit de notre territoire. Il s’inscrit pleinement dans les projets de la Frenchtech. Ses organisateurs, le Pôle des Microtechniques et le Grand Besançon, sont bien décidés à reproduire l’an prochain cette belle aventure. Le CHU sera bien sur partie prenante.

Vidéo Hacking Health : https://www.youtube.com/watch?v=0fOGtBKs-p4

 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.