Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Imagerie médicale et art numérique

Ouvrir les voies de la Science vers l'Art, telle est l'idée qui ne quitte plus le créateur numérique Christian Lavigne. De passage à l'Imagerie Guilloz du CHU de Nancy en juillet dernier, l'artiste s'est lancé dans la création d'une nouvelle cybersculpture faisant appel à la photographie, au scanner médical et à l'impression 3D couleur. « TETE À TETE / 2 - MNÉMOSYNE » sera dévoilée au public lors de la biennale « INTERSCULPT 2007 », du 10 au 17 octobre prochain à Nancy. Retour sur une démarche atypique. >>>

Ouvrir les voies de la Science vers l’Art, telle est l’idée qui ne quitte plus le créateur numérique Christian Lavigne. De passage à l’Imagerie Guilloz du CHU de Nancy en juillet dernier, l’artiste s’est lancé dans la création d’une nouvelle cybersculpture faisant appel à la photographie, au scanner médical et à l’impression 3D couleur.
« TETE À TETE / 2 – MNÉMOSYNE » sera dévoilée au public lors de la biennale « INTERSCULPT 2007 », du 10 au 17 octobre prochain à Nancy. Retour sur une démarche atypique. >>>

De formation scientifique (mathématiques et physique), Christian Lavigne se tourne vers les arts plastiques et la littérature ; rapidement, il décide de mettre à profit ses connaissances scientifiques pour développer une démarche artistique originale. Pionnier dans la sculpture numérique, il utilise l’informatique dans l’Art au tout début des années 1980. 12 ans plus tard, il fonde, avec Alexandre Vitkine, l’association Ars Mathematica et organise une 1ère exposition en 1993. 2 ans après, l’événement est reconnu sur la scène internationale de l’art numérique, et devient la biennale INTERSCULPT.

Avec l’accord du service d’imagerie médicale du Pr Alain Blum, Christian Lavigne a démarré la création de sa nouvelle oeuvre au CHU de Nancy. Quelques minutes ont suffi à l’équipe de l’hôpital pour scanner entièrement le crâne de l’artiste (en basse dose de rayons X pour limiter l’irradiation), et créer le fichier informatique utilisé dans le processus que le cybersculpteur résume ici : « La 3D de mon crâne, obtenue grâce aux images du scanner, est généré avec le concours de MATERIALISE, en Belgique, puis texturée avec des photos personnelles. Le crâne numérique « amélioré » est ensuite matérialisé par une imprimante 3D de chez AXIATEC, à Paris. Mon portrait grandeur nature est tiré sur plexiglas ; l’emplacement du crâne que je tiens en mains est découpé pour y insérer le crâne en 3D. »

Différentes inspirations ont guidé Christian Lavigne : les Vanités (natures mortes composées d’objets symboliques, tels que le crâne, le sablier, ou la fleur qui se fane, évoquant la fuite du temps), les Memento Mori (genre artistique ayant pour but de rappeler aux hommes qu’il sont mortels), ou bien encore Hamlet.
Au-delà de l’utilisation de technologies numériques, l’accès de l’Art au plus grand nombre est au coeur de la démarche de Christian Lavigne : « l’Art est de prime abord une affaire de ressenti et non pas de connaissances et de références culturelles. Pour exister, l’Art doit être visible, sans cela il est voué à disparaître. Mais après l’approche immédiate, sensitive, on peut être initié à d’autres niveaux d’interprétations. »

Résultat visible durant la manifestation « Sculpture numérique et Biomorphisme » du 10 au 17 octobre 2007, au Conseil Général de Meurthe-et-Moselle (48 rue Sergent Blandan, Nancy).
Organisation : association Ars Mathematica, dans le cadre de la biennale Intersculpt 2007 et lors de la Fête de la Science.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”