Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Incontinence urinaire masculine : Nîmes lance un appel à patients pour l’évaluation d’un nouveau dispositif implantable

Dans le cadre de la recherche clinique, le CHU de Nîmes pilote un observatoire national pour l'évaluation de l'efficacité et de la tolérance d’un nouveau dispositif implantable pour le traitement de l'incontinence urinaire d'effort chez l'homme: la bandelette sous urétrale ajustable REMEEX®.
Dans le cadre de la recherche clinique, le CHU de Nîmes pilote un observatoire national pour l’évaluation de l’efficacité et de la tolérance d’un nouveau dispositif implantable pour le traitement de l’incontinence urinaire d’effort chez l’homme: la bandelette sous urétrale ajustable REMEEX®.
Cette étude a démarré en 2018 dans cinq centres hospitaliers: hôpitaux de Suresnes (92), CHU de Nice, Besançon, Dijon et le CHU de Nîmes, et 27 patients ont déjà été traités par cette méthode avec des premiers résultats très prometteurs. «Si cette technique confirme son efficacité et sa bonne tolérance à long terme, elle deviendra un traitement de référence», indique le Dr Laurent Wagner, coordonnateur de l’étude au Service Urologie Andrologie du CHU de Nîmes.
Le traitement de l’incontinence urinaire après chirurgie de la prostate a longtemps été limité au sphincter urinaire artificiel. Ce dispositif implantable présente une contrainte de manipulation de la pompe pour chaque miction et comporte un certain taux de complications.

Un dispositif efficace à long terme

Depuis la fin des années 1990, un autre type de dispositif implantable, les bandelettes sous-urétrales, est proposé comme alternative avec de bons résultats initiaux mais avec une dégradation des résultats avec le temps. La bandelette ajustable Remeex® constitue une innovation permettant au médecin, à tout moment, une remise en tension de la bandelette sous anesthésie locale en ambulatoire et donc de maintenir le résultat sur l’incontinence à long terme.

Pour participer à l’étude :

Dans le but de mener à terme cette recherche clinique pouvant offrir de nouvelles perspectives aux hommes souffrant d’incontinence urinaire après chirurgie de la prostate, le CHU de Nîmes lance un appel à patient dont les critères d’inclusion sont les suivants: 
– Avoir plus de 40 ans
– Présenter une incontinence urinaire depuis plus d’un an après chirurgie de la prostate
– Après échec de rééducation périnéale. 
Il est à rappelé que dans le cadre de la recherche clinique, les données des patients sont parfaitement confidentielles et ne sont exploitées que dans le but de faire avancer la science.
Pour plus de renseignements: remeex@chu-nimes.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.