Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Longtemps, le niveau d’information en santé des patients sourds a été inférieur à la moyenne ; différence liée à l’isolement dans lequel les ils étaient tenus. Aujourd’hui, les malentendants font entendre leur exigence et leur besoin d'explication en matière d'hygiène de vie, de prévention, de suivi de leur santé. Explications.

Longtemps, le niveau d’information en santé des patients sourds a été inférieur à la moyenne ; différence liée à l’isolement dans lequel les ils étaient tenus. Aujourd’hui, les malentendants font entendre leur exigence et leur besoin d’explication en matière d’hygiène de vie, de prévention, de suivi de leur santé. Explications.
L’Unité d’Accueil et de Soins pour Sourds et Malentendants du CHU de Nancy organise régulièrement des ateliers de discussion traduits en Langue des Signes Française sur des sujets de santé ciblés. La conférence s’achève systématiquement par un temps de questions / réponses entre les médecins et le public. Les thèmes abordés lors de ces ateliers à l’hôpital Saint Julien concernent la médecine générale et se font sur demande des patients. Des conférences avec une thématique davantage spécialisée sont également organisées, mais plus ponctuellement.
Arrivée récemment à l’hôpital Saint Julien, le Dr Isabelle Bouillevaux organise ces ateliers avec l’appui du Dr Dominique Seigneur. Suite à un apprentissage intensif de la langue des signes à  l’AVPADA (Association Vosgienne des Parents et Amis de personnes atteintes de Déficience Auditive) à Épinal, puis à l’institut des jeunes sourds de la Malgrange, Isabelle Bouillevaux a mené sa première conférence en langue des signes en mai dernier sur le cholestérol, thématique des 4 réunions menées à l’hôpital Saint Julien actuellement. Chaque atelier qui accueille 20 personnes fait salle comble à chaque fois. Rien n’est laissé de côté : hygiène de vie, hygiène alimentaire, risques et traitements sont au cœur du débat afin de sensibiliser au mieux des patients venus de toute la région.  
En effet, sur 31 CHU en France, seules 14 unités d’accueil et de soins sont réservées aux sourds et malentendants. Cette rareté explique pourquoi de nombreux patients n’hésitent pas à se déplacer pour venir échanger et partager au CHU de Nancy. La communauté des sourds appartient à une culture dans laquelle le vocabulaire gestuel évolue au fil des générations et où la demande d’informations en terme de santé prend une place importante de même que le désir d’une prise en charge de qualité, adaptée aux patients sourds. Prévenir et aider les personnes sourdes et malentendantes sont les objectifs de ces conférences au CHU de Nancy.
Cette stratégie de prévention et d’aide va se poursuivre et donnera lieu à d’autres types de réunions dès la rentrée prochaine, cette fois-ci à destination des personnes devenues sourdes ou malentendantes. A la différence des personnes nées sourdes, ces conférences ne seront pas en langues des signes. Un exercice qui requiert également du temps de préparation puisque les médecins devront à la fois parler distinctement et articuler de manière à se faire comprendre par tous, avec utilisation d’une boucle magnétique si besoin est. Avec un programme si varié, nul doute que les listes d’inscription seront vite remplies.
Contact Unité d’accueil et de soins pour sourds et malentendants du CHU de Nancy : consultation.lsf@chu-nancy.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”