Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’aide aux victimes d’infraction au CHU de Nantes

En partenariat avec le CHU de Nantes et le Conseil Départemental de l'Accès au Droit de la Loire-Atlantique (CDAD), une permanence d'information destinée aux victimes hospitalisées et à leur famille est assurée, depuis septembre 2004, au CHU de Nantes par une accueillante de l'ADAVI 44 :le lundi de 14 h à 17 h,au Service social de l'aile Nord de l'Hôtel-Dieu,dans le bureau d'entretien des assistantes sociales (4e étage).

En partenariat avec le CHU de Nantes et le Conseil Départemental de l’Accès au Droit de la Loire-Atlantique (CDAD), une permanence d’information destinée aux victimes hospitalisées et à leur famille est assurée, depuis septembre 2004, au CHU de Nantes par une accueillante de l’ADAVI 44 :le lundi de 14 h à 17 h,au Service social de l’aile Nord de l’Hôtel-Dieu,dans le bureau d’entretien des assistantes sociales (4e étage).

Depuis 16 ans, à l’ADAVI 44 (Association Départementale d’Aide aux Victimes d’Infraction), une équipe d’accueillants, de juristes et de psychologues offre un service anonyme, confidentiel et gratuit aux victimes d’infractions pénales telles que :
– agression, viol, homicide, coups et blessures, violences, menaces, injures…
– accident de la circulation,
– accident collectif,
– cambriolage, vol, destruction, dégradations, abus de confiance, escroquerie…
– et toute autre infraction.

L’ADAVI 44 assure également des modules d’information ou de sensibilisation sur les droits des victimes et la victimologie, destinés aux professionnels.

En partenariat avec le CHU de Nantes et le Conseil Départemental de l’Accès au Droit de la Loire-Atlantique (CDAD), une permanence d’information destinée aux victimes hospitalisées et à leur famille est assurée, depuis septembre 2004, au CHU de Nantes par une accueillante de l’ADAVI 44 :le lundi de 14 h à 17 h,au Service social de l’aile Nord de l’Hôtel-Dieu,dans le bureau d’entretien des assistantes sociales (4e étage).

Si nécessaire, l’accueillante de l’ADAVI 44 peut se rendre dans les chambres des victimes hospitalisées et qui ne peuvent pas se déplacer.

Dans le respect de la confidentialité et de la gratuité, les services suivants sont proposés sur site aux victimes et à leur famille :
– un accueil et une écoute privilégiés,
– des informations sur les droits des victimes,
– des explications sur les procédures à suivre,
– une assistance et un accompagnement dans les démarches à effectuer,
– un suivi des dossiers après le dépôt de plainte,
– un soutien moral,
– une orientation vers des services spécialisés plus appropriés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.