Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le cancer du sein n’est pas une fatalité

Depuis 1990 et sous l'égide du département de la Somme, le CHU d'Amiens participe au dépistage organisé du cancer du sein par mammographie de toutes les femmes âgées entre 50 et 69 ans.

Depuis 1990 et sous l’égide du département de la Somme, le CHU d’Amiens participe au dépistage organisé du cancer du sein par mammographie de toutes les femmes âgées entre 50 et 69 ans. Son service de radiologie assure l’expertise médicale et paramédicale de l’opération et son Département d’Informatique Médicale héberge l’association pivot de la campagne.

Le CHU acteur de santé publique
Le service de radiologie B, dirigé par le professeur Grumbach est l’un des 20 services agréés. Pour ce faire il remplit les critères d’un cahier des charges rigoureux et, en tant que service universitaire de référence, il mandate, à chaque séance de lecture, un des radiologues experts de l’unité afin de donner un résultat définitif en cas de désaccord sur le diagnostic.
Outre l’expertise médicale, le service de radiologie du CHU offre les compétences de l’équipe paramédicale dans la formation des manipulateurs et le contrôle qualité des appareils.

Le développement d’un partenariat
La campagne de dépistage repose sur un partenariat entre les radiologues et l’association ADEMA 80 (Association pour le dépistage des maladies dans la Somme). Cette association située dans les locaux mis à disposition par le CHU au sein du Département d’Informatique Médicale, organise les invitations, envoie les résultats et assure le suivi et l’évaluation. Quant aux radiologues, ils effectuent la lecture des clichés mammographiques dans leur cabinet puis les transmettent à ADEMA 80 qui regroupe tous les clichés pour les séances de 2ème et de 3ème lecture.

La population cible
La campagne concerne avant tout une population située dans la tranche d’âge la plus touchée par l’apparition d’un cancer du sein : c’est à dire les femmes âgées de 50 à 69 ans. Depuis les recommandations de l’ANAES de 1999, la tranche d’âge s’étend jusqu’à 74 ans pour les femmes entrées dans le dépistage avant 70 ans.
Le premier dépistage est important mais seule la régularité des examens permet d’obtenir une réduction de la mortalité liée au cancer du sein. La première mammographie sert de référence aux suivantes ; celles-ci doivent être réalisées de préférence tous les deux ans.
L’existence d’un symptôme clinique découvert au moment du dépistage amène la patiente à effectuer une mammographie diagnostique immédiate.
A noter que les femmes présentant des facteurs de risque élevés comme des antécédents familiaux multiples ou encore celles dont l’existence d’un gène de prédisposition a été découvert font l’objet d’un dépistage très ciblé qui débute généralement avant 50 ans et non d’un dépistage organisé.

Deux atouts : la gratuité et la liberté de choix
La campagne est basée sur la gratuité de la mammographie de dépistage. Elle est financée par la collectivité. Cette gratuité garantit l’égalité de chance quelles que soient les ressources de la personne. La campagne est également fondée sur la liberté de choix du lieu de réalisation de l’examen ; l’invitation étant toujours accompagnée de la liste des radiologues publics et privés habilités à la réaliser.

Le dépistage du cancer du sein en France
Les travaux et leur évaluation réalisés dans le cadre des campagnes départementales pilotes ont permis l’extension du dispositif à 32 départements en France en 2001 et à l’ensemble du territoire en 2002.

Le cancer du sein en France
A ce jour, il n’existe pas de prévention du cancer du sein permettant d’éviter son apparition. Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers de la femme en France, avec environ 30 000 nouveaux cas par an. Il est responsable de 10 000 décès dans notre pays chaque année. Sa gravité est proportionnelle au volume de la tumeur au moment de sa découverte. L’enjeu du dépistage est donc de détecter la maladie le plus tôt possible avant qu’elle ne se révèle par des symptômes. Plus la tumeur est petite, plus les chances de guérison sont grandes et le traitement léger avec en général une conservation du sein. Des études cliniques menées aux Etats-Unis, en Suède et en Hollande ont démontré que la détection précoce avait fait baisser le taux de mortalité de 30 à 45%

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.