Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le modèle de porc dans la transplantation d’organes

En 1991, le CHU de Poitiers, l'Université de Poitiers, l'INRA et la région Poitou-Charentes se sont associés pour la création d'un laboratoire de chirurgie expérimentale sous l'autorité du le Pr Michel Carretier. Seul site spécialisé, le laboratoire utilise le porc comme modèle de recherche et conduit des programmes originaux à un stade préclinique. Il est notamment référent pour les tests précliniques d'évaluation et l'adaptation de moyens de conservation des organes d'organes, principalement reins et foie.

En 1991, le CHU de Poitiers, l’Université de Poitiers, l’INRA et la région Poitou-Charentes se sont associés pour la création d’un laboratoire de chirurgie expérimentale sous l’autorité du le Pr Michel Carretier. Seul site spécialisé, le laboratoire utilise le porc comme modèle de recherche et conduit des programmes originaux à un stade préclinique. Il est notamment référent pour les tests précliniques d’évaluation et l’adaptation de moyens de conservation des organes d’organes, principalement reins et foie.

Une question de santé publique majeure ayant pour enjeu l’élargissement du nombre d’organes disponibles en utilisant ceux de donneurs marginaux ou des donneurs à coeur arrêté comme l’autorise la loi depuis 2005. Selon les résultats d’études européennes, on peut envisager une évolution d’un minimum de 40% d’organes disponibles. Au niveau national, onze CHU sont impliqués dans ce programme de recherche.

Le laboratoire développe ainsi de nouveaux protocoles pour utiliser les machines à perfusion qui seront utilisées dans la conservation de ce type de donneur. Un aspect finalisé des travaux menés est l’utilisation d’un prototype de solution de conservation utilisant le polyéthylène glycol développé dans ces unités et actuellement en évaluation chez l’homme.

Dans le cadre du prochain contrat Etat-Région, le laboratoire a obtenu une subvention de 800 000 euros pour agrandir ses locaux. A l’heure actuelle, ils comprennent quatre postes chirurgicaux, trois salles de réanimation et 20 stalles de suivi des animaux au long cours.

Le rayonnement scientifique de cette unité le conduit désormais à travailler dans une approche fondamentale pour l’étude de mécanismes impliqués dans la néphropathie du greffon ou les mécanismes de dysfonctions précoces des organes.

En interne, les médecins de cette plate-forme collaborent tous avec l’unité d’Ischémie-reperfusion en transplantation rénale (ERM 324 INSERM) dirigée par le Pr Gérard Mauco. Le laboratoire a d’ailleurs largement contribué à sa labellisation Inserm obtenue en 2003.

En réunissant autour de lui les équipes d’anesthésie réanimation, de biochimie, de chirurgie viscérale et vasculaire du CHU, le laboratoire affirme sa vocation pluridisciplinaire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”