Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ados : l’expérience de la douleur comme objet de recherche

Phénomène de mode pour les uns, risque d’addiction pour les autres, peu d’études ont été menées sur les adolescents qui pratiquent le sport de manière intensive et encore moins sur l’expérience qu’ils ont de la douleur. Au CHU de Saint-Etienne, une équipe de recherche se penche sur le sujet, coordonnée par le Dr Roger Oullion, Médecin du Sport

Phénomène de mode pour les uns, risque d’addiction pour les autres, peu d’études ont été menées sur les adolescents qui pratiquent le sport de manière intensive et encore moins sur l’expérience qu’ils ont de la douleur. Au CHU de Saint-Etienne, une équipe de recherche se penche sur le sujet, coordonnée par le Dr Roger Oullion, Médecin du Sport, responsable de l’Antenne Médicale de Prévention du Dopage et Chercheur associé au Laboratoire de Physiologie de l’Exercice (LPE-UJM), et Thomas Bujon, Maître de Conférence en Sociologie au sein du Laboratoire Triangle (Université Jean-Monnet).
L’adolescent sportif doit apprendre à vivre avec la douleur dans un contexte où le dépassement de soi, de ses limites, sont très souvent présentés comme des conditions de la réussite. Comment ces jeunes vivent-ils les entraînements intensifs, comment expérimentent-ils la douleur  physique et morale ? Comment la définissent-ils ? L’évaluent-ils ? Sublimée dans le sport, cette douleur est-elle légitime ?
Pour le savoir, les chercheurs étudient le rapport à la douleur des adolescents sportifs inscrits parfois dans des filières d’accès au haut niveau.
L’étude se basera sur une vingtaine d’entretiens semi-directifs avec des acteurs du sport et sur un questionnaire anonyme et auto-administré auprès de jeunes sportifs (300 adolescents majoritairement âgés de 12 à 17 ans) dont l’activité sportive les amène à venir deux fois par an faire un bilan de santé complet dans un service de médecine du sport d’un hôpital public, dans le cadre du suivi de sections sportives scolaires.
Simultanément, le questionnaire sera proposé en-dehors d’un entretien à 300 autres jeunes athlètes, aux profils sociodémographiques similaires, mais fréquentant un autre site hospitalier et une autre antenne médicale (CHU de Nantes), ce qui permettra d’élargir et de renforcer l’étude et d’éliminer un éventuel biais régional. 

L’objectif est de comprendre les modes de consommation de ces adolescents pour  mettre en place des outils préventifs ciblés et efficaces  concernant leur entourage et  leur hygiène de vie. Cet accompagnement ne se limite pas à l’expertise des praticiens de la médecine du sport mais relève aussi de la famille, de l’entourage sportif, des généralistes… Tous participent à la gestion parfois négociée de la douleur et à la redéfinition continue des rapports entre le sport et la santé.
La question du dopage
Les chercheurs partent de l’hypothèse que c’est aussi dans le rapport à la douleur, et non seulement dans le rapport à la performance, que pourraient se comprendre les conduites dopantes et le dopage. En effet, les pratiques de dopage et les conduites addictives pourraient trouver leurs origines dans les pratiques de soin et la gestion chronique de la douleur physique et morale ressentie par les athlètes.
L’étude débutée en janvier 2013 se poursuivra jusqu’au 31 décembre 2014

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.