Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’usager, son représentant et l’hôpital

La fracture ouverte entre pratique publique et pratique libérale à l'hopital ,repère brouillé pour les personnes en demande de soins et ceux qui les représentent.

Un récent appel à la grève dans les hôpitaux a eu pour motif entre autres, qu’une part complémentaire de rémunération sera variable en fonction de l’activité de l’équipe de chirurgie ce qui est jugé comme étant anti-déontologique. Et pourtant il y a bien des praticiens qui exercent une activité libérale en milieu hospitalier sous la double condition de ne pas y consacrer plus de 20% de leur service hospitalier hebdomadaire et que le nombre d’actes effectués soit inférieur au nombre d’actes effectués au titre de l’activité publique. (JO du 28 avril 2001)
Ce contrat permet à un praticien qui le souscrit de faire autant d’actes dans sa journée libérale que pendant ses quatre jours d’activité publique. Sans discuter cette disposition législative qui a pour but d’éviter l’évasion des praticiens vers le privé ou même à l’étranger j’avoue que le représentant des usagers que je suis éprouve un malaise :
• Il est plus facile d’obtenir un rendez vous dans un délai rapproché en pratique libérale.
• De plus lorsque l’hôpital se dote d’équipements de pointe coûteux et performants il les cofinance avec le privé et en partage avec lui le temps d’utilisation. C’est dans le privé que l’on aura un rendez vous dans le plus bref délai.
Le représentant des usagers dont le rôle est de se mettre dans la situation des personnes en demande de soins est soumis à la tendance qui s’accentue :
Au prix d’une certaine une inégalité à leur accès l’hôpital augmente globalement l’offre de soins, quantitativement et qualitativement, ce dont on se réjouirait s’il n’y avait pas la question : « L’hôpital est-il toujours l’hôpital ?»

Jean Boyet (La Réunion)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.