Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nancy : 1re médicale lorraine avec le robot chirurgical du CHU

Pour la première fois l'ablation complète d'un cancer de la base de la langue a été réalisée à l'aide du robot Da Vinci du CHU de Nancy. Précision opératoire, réduction maximum des séquelles anatomiques ou fonctionnelles de l'opération sont autant d'avantages portés par cette technologie de pointe.

Pour la première fois l’ablation complète d’un cancer de la base de la langue a été réalisée à l’aide du robot Da Vinci du CHU de Nancy. Précision opératoire, réduction maximum des séquelles anatomiques ou fonctionnelles de l’opération sont autant d’avantages portés par cette technologie de pointe. Installé dans le bloc opératoire de l’hôpital de Brabois, le robot chirurgical est composé d’une console et de bras articulés munis d’instruments de petite taille et d’une caméra permettant une vision profonde des régions de la gorge. A la console, un chirurgien pilote le robot par des petites pinces gommant tout geste parasite, près du patient un médecin aide à l’aspiration et à l’écartement des tissus.

Cette première, pour une tumeur des voies aéro-digestives supérieures, a été réalisée par l’équipe du Dr Gilles Dolivet, chirurgien cervico-facial du Centre Alexis Vautrin, référent régional dans le traitement des cancers, lequel, par accord avec le CHU de Nancy, dispose de plages d’utilisation du robot chirurgical Da Vinci. Cette intervention profile déjà les techniques de cyber-chirurgie sur lesquelles travaille le Dr Dolivet en partenariat avec le Pr Roger Jankowski du service d’ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale du CHU de Nancy.

Dans les prochains mois d’autres interventions du même type pourraient être réalisées avec le robot chirurgical du CHU de Nancy grâce auquel, depuis 2001, plus d’un millier de patients ont été traités pour différentes pathologies. Le diplôme inter-universitaire en robotique créé à l’École de Chirurgie de Nancy a déjà attiré des chirurgiens français et étrangers accompagnés par leur équipe d’infirmier(e)s de bloc opératoire. Il propose une formation théorique et pratique à l’utilisation du robot Da Vinci dans différentes spécialités chirurgicales (chirurgie urologique, digestive et endocrinienne, gynécologique, cardiovasculaire, ORL).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.