Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

NeuroCap : le handicap neurologique, domaine d’excellence régionale

Le handicap sensoriel, moteur, cognitif et psychique représente un défi majeur de santé publique reconnu à l'échelle nationale. Les CHU de la région Rhône-Alpes- Auvergne, les Universités de Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand et Saint- Étienne, l'Inserm, le CNRS, et le CEA mobilisent les structures de Soins et de Recherche en Neurosciences en faveur d'une recherche biomédicale centrée sur le patient atteint d'une maladie neurologique au sein d'un projet fédérateur NEUROCAP.

Le handicap sensoriel, moteur, cognitif et psychique représente un défi majeur de santé publique reconnu à l’échelle nationale. Les CHU de la région Rhône-Alpes- Auvergne, les Universités de Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand et Saint- Étienne, l’Inserm, le CNRS, et le CEA mobilisent les structures de Soins et de Recherche en Neurosciences en faveur d’une recherche biomédicale centrée sur le patient atteint d’une maladie neurologique au sein d’un projet fédérateur NEUROCAP.

Objectif : promouvoir des actions innovantes à visée diagnostique et thérapeutique ayant un impact direct ou indirect sur la prévention ou la remédiation fonctionnelle du handicap par l’identification de biomarqueurs, l’utilisation de cellules souches embryonnaires, la neurostimulation et les nanotechnologies.
Cette nouvelle organisation s’appuie sur un réseau de recrutement hospitalier exceptionnel : l’hôpital Neurologique de Lyon est l’un des rares hôpitaux de cette spécialité à l’échelle européenne.
A son actif également plusieurs outils coordonnés à l’échelle interrégionale : les Centres de Ressources Épidémiologiques et Biologiques labellisés et parfaitement opérationnels et plateaux techniques d’exploration cérébrale multimodale, métabolique et fonctionnelle, chez l’homme et l’animal (TEP, IRM, MEG, rayonnement synchrotron, plateaux protéomiques, transcriptome, neurochimie). Au total, une communauté de 400 chercheurs, enseignants-chercheurs, praticiens hospitaliers et hospitalo-universitaires, sans équivalence, en dehors de Paris et Londres, en Europe développant des projets de recherche transversaux et multidisciplinaires.

Neurocap cible plus particulièrement
-Les Syndromes Parkinsoniens et les mouvements anormaux pour lesquels les techniques de stimulation cérébrale profonde furent développées à Grenoble.
-L’épilepsie, en particulier l’exploration intracérébrale et l’imagerie des épilepsies pharmaco-résistantes chirurgicales.
-La douleur en particulier les douleurs neuropathiques périphériques ou centrales chroniques
-La pathologie de la myéline centrale et périphérique en particulier la sclérose en plaques, la génétique des leucodystrophies et les biomarqueurs des neuropathies paranéoplasiques.

Cette stratégie collaborative ancrée entre cliniciens et chercheurs a d’ores et déjà abouti à des innovations diagnostiques et thérapeutiques significatives notamment sur les mécanismes de la différenciation, de l’apoptose et de la prolifération dans le but de développer à la fois des biomarqueurs des maladies neurologiques et des thérapies cellulaires réparatrices du handicap.
Elle contribue à mieux connaître la physiologie des réseaux neuronaux impliqués dans la cognition pour développer des thérapeutiques de remédiation du Handicap Neurologique fondées sur la plasticité cérébrale et utilisant, en particulier, la neurostimulation.
Quant aux recherches sur les modèles animaux, elles visent à développer de nouveaux traitements pharmacologiques ou fonctionnels fondés sur une approche physiopathologique et visant à corriger les handicaps induits.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”