Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Oxygénothérapie hyperbare

Depuis le 30 janvier 2002, le CHU d'Angers dispose d'une des trois principales installations d'oxygénothérapie hyperbare de France*. Unique en Pays-de-Loire cet équipement renforce la vocation d'excellence de l'unité d'oxygénothérapie hyperbare (OHB) angevine.

Implanté dans les nouveaux locaux du Département de Réanimation Médicale et de Médecine Hyperbare, l’OHB peut être utilisée dans le traitement des accidents de décompression chez le plongeur. L’oxygénothérapie hyperbare est également indiquée pour de nombreuses autres pathologies. Ainsi l’hyper oxygénation permet-elle de pallier les défauts d’oxygénation des tissus. Ceux-ci peuvent survenir à la suite de maladies vasculaires, d’infections ou d’intoxications.

L’OHB est une modalité thérapeutique d’administration de l’oxygène par voie respiratoire à une pression ambiante supérieure à la pression atmosphérique. Cette technique impose l’utilisation de chambre hyperbare pour obtenir l’effet pression recherché. A l’intérieur de la chambre, les patients se voient administrer l’oxygène par masque ou respirateur.

Un équipement d’exception

Dispositif médical au sens des directives européennes, l’installation du CHU d’Angers présente la spécificité d’être réalisée « sur mesure ». L’ensemble, constitué de 3 cylindres (2 chambres hyperbare et un sas d’accès) possède des dimensions et un poids exceptionnels(18 tonnes).

L’OHB au CHU d’Angers : un pôle d’excellence inter-régional

Le CHU d’Angers est le seul établissement des Pays de Loire assurant une activité de Médecine Hyperbare ; les unités les plus proches se situant à Paris, Bordeaux et Brest. Pôle d’excellence inter-régional, l’unité angevine a une zone d’attraction couvrant 17 départements.

En 25 ans, l’Unité d’OHB a vu son activité progresser régulièrement. Toutefois, les spécificités techniques de l’équipement jusqu’alors en fonctionnement et son environnement logistique en freinaient le développement.

Les nouvelles chambres hyperbare, permettant de recevoir simultanément jusqu’à 16 patients assis, autoriseront une prise en charge optimale des urgences (intoxication au CO, accidents de décompression, embolies gazeuses). Avec 2 chambres de traitement, il sera possible à l’équipe médicale d’accueillir des malades en urgence sans pour autant interrompre une séance en cours. Leur conception permet d’y installer des équipements de ventilation, de perfusion et de monitoring à l’identique d’une chambre de réanimation.

* Il existe au total 13 centres hyperbare de France pouvant accueillir des malades graves.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.