Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Personnes fragiles : des consultations spécialisées regroupées sur un plateau par Rouen

A Rouen, les personnes vulnérables, âgées et handicapées dont l'état de santé requiert un suivi n'auront plus à se déplacer sur plusieurs sites. Le CHU de Rouen vient de réunir à leur attention un panel de consultations spécialisées sur un même centre, la nouvelle policlinique de l'hôpital de Bois-Guillaume ; un centre de 900 m² qui comprend un espace HandiConsult. Par ce regroupement, le CHU entend renforcer sa missions de soins accessibles à tous et ses actions en faveur de la prévention du vieillissement pathologique et de l’accompagnement de la dépendance. Le centre accueille également les aidants et les associations de patients.

A Rouen, les personnes vulnérables, âgées et handicapées dont l’état de santé requiert un suivi n’auront plus à se déplacer sur plusieurs sites. Le CHU de Rouen vient de réunir à leur attention un panel de consultations spécialisées sur un même centre, la nouvelle policlinique de l’hôpital de Bois-Guillaume ; un centre  de 900 m²  qui comprend un espace HandiConsult. Par ce regroupement, le CHU entend renforcer sa missions de soins accessibles à tous et ses actions en faveur de la prévention du vieillissement pathologique et de l’accompagnement de la dépendance. Le centre accueille également les aidants et les associations de patients.
Nouvelle étape dans la stratégie de modernisation du CHU de Rouen, la policlinique mutualise en un même lieu des consultations déjà existantes et de nouvelles, dédiées aux personnes en situation de handicap. L’établissement élargit ainsi l’offre de soins vers la partie nord de l’agglomération rouennaise et de la région normande.
Située au rez‐de chaussée du bâtiment l’Argilière, la policilinque est particulièrement facile d’accès : elle se trouve à proximité immédiate des espaces accueil clientèle et du plateau d’imagerie, qui d’ailleurs est adapté à l’accueil des patients à mobilité réduite. Un second accès pour les patients allongés se fait par l’entrée ambulances située à l’entrée de la policlinique.

Les spécialités accueillies à la policlinique

La pneumologie propose une prise en charge des principales pathologies respiratoires, dont les bronchopathies chroniques (BPCO, asthme, etc.), les pathologies respiratoires du sommeil, les troubles respiratoires liés à l’obésité, l’oncologie thoracique, les maladies neuromusculaires, etc. Les explorations fonctionnelles respiratoires et l’imagerie thoracique sont disponibles sur place et permettent de proposer aux patients une évaluation la plus complète possible dans un même temps.

L’ophtalmologie
Les consultations prennent en charge des pathologies les plus fréquentes telles que le glaucome, la cataracte, la dégénérescence liée à l’âge et la rétinopathie diabétique. Il est également désormais possible de consulter pour une prescription de lunettes grâce à l’implication d’une orthoptiste. Des consultations d’adaptation de lentilles sont à l’étude.
Des consultations dédiées aux personnes en situation de handicap
Le CHU de Rouen a particulièrement investi dans la création de consultations HandiConsult, en coordination avec l’Ugecam (groupement d’établissement de santé de l’Assurance Maladie). Une organisation spécifique permet de proposer diverses consultations en facilitant l’accès pratique, en adaptant les plages horaires et les durées de consultation à chaque situation individuelle de handicap : neurologie, gériatrie, médecine physique et réadaptation,gynécologie, ophtalmologie, pneumologie, consultations dédiées aux troubles de la déglutition. À terme, la policlinique Bois‐Guillaume ambitionne de s’ouvrir à d’autres spécialités.
Les aidants et associations
Le CHU de Rouen a souhaité donner une grande place aux aidants naturels (familles, institutions) et aux associations de patients qui ont leurs propres locaux à l’entrée de la policlinique. Ce lieu de convivialité a été aménagé afin que les associations existantes et celles à venir en lien avec le handicap puissent recevoir les usagers et leurs proches.

Renseignements pratiques

Policlinique de l’hôpital de Bois‐Guillaume
Ouverture de 8h à 18h, du lundi au vendredi toute l’année
Accueil avec guichet unique et secrétariat
Consultation de pneumologie : 02 32 88 90 20
Consultation d’ophtalmologie : 02 32 88 92 94
Consultations pôle (neurologie, gériatrie, déglutition,  médecine physique et de réadaptation) : 02 32 88 90 92
Handiconsult :  02 32 88 87 89 – Rendez-vous gérés par Mme Amélie Caby, infirmière référente 
Pour en savoir plus
– reportage vidéo sur la policlinique : https://youtu.be/OHVxA7M0SnY
– reportage vidéo sur le dispositif Handiconsult : https://youtu.be/tb-EPY-d2XQ

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.